suivant
précédent
éléments

Article

Rendre les transports plus durables en Europe

Changer la langue
Article Publié 06/07/2022 Dernière modification 19/07/2022
5 min read
Topics:
Les transports font le lien entre les personnes, les lieux, les cultures et les économies, mais ils exercent aussi de fortes pressions sur l’environnement et le climat. Dans un entretien avec deux experts de l’Agence européenne pour l’environnement (AEE), Rasa Narkeviciute et Tommaso Selleri, nous avons parlé non seulement des problématiques et des perspectives que présente l’amélioration de la durabilité du système de transport européen, mais aussi du rapport que nous avons récemment publié.

Quelles sont les questions abordées par le « rapport TERM » de l’AEE ? 

Tommaso:

« TERM » est l’acronyme de Transport and Environment Reporting Mechanism, le mécanisme de rapportage sur les transports et l’environnement. Il s’agit d’un rapport annuel de l’AEE qui analyse de manière générale les tendances et les problématiques que présente le système de mobilité en Europe. Il fournit également une évaluation annuelle du secteur des transports, mettant en évidence les progrès réalisés et les aspects pour lesquels des efforts sont encore nécessaires. 

Le rapport TERM constitue une part importante de nos travaux venant appuyer les ambitions de l’Europe en matière d’environnement et de climat. Jusqu’à présent, le système de mobilité n’a connu qu’un succès limité en ce qui concerne la réduction des émissions et le passage à des modes de transport plus durables. Des connaissances exploitables, acquises en temps utile, comme celles présentées dans les rapports TERM, constituent un élément essentiel pour orienter le processus en faveur de la durabilité. 

Quelles étaient les principales conclusions du dernier rapport TERM ? 

Rasa:

Le passage attendu à l’électrification du transport contribuera à réduire les émissions.  

Rasa Narkeviciute

Le rapport TERM 2021 part du constat que le transport est responsable d’environ un quart des émissions de gaz à effet de serre de l’UE. Le transport routier représente la part la plus importante de ces émissions, qui ont également augmenté de près de 30 % ces 30 dernières années. 

Grâce aux mesures politiques existantes, les émissions dues aux transports devraient diminuer, mais pas assez pour que le secteur contribue suffisamment à la réalisation de l’objectif de neutralité climatique à l’horizon 2050. 

Les émissions issues des voitures, des poids lourds et des camions ont augmenté principalement en raison de laccroissement de la demande de transport. Les véhicules eux-mêmes sont devenus plus efficaces, produisant moins d’émissions par kilomètre parcouru, mais pas assez pour compenser l’augmentation de l’activité. 

Que faut-il faire pour inverser la tendance à l’augmentation des émissions ? 

Rasa:

Le passage attendu à l’électrification du transport contribuera à réduire les émissions. Mais cela signifie aussi que la production d’électricité et son rendement deviendront de plus en plus importants. Il importe de ne pas simplement transférer les émissions du réseau routier vers une centrale électrique située ailleurs, mais plutôt de réaliser les investissements nécessaires dans les énergies renouvelables. 

Pour contribuer à une meilleure durabilité des transports, l’électrification devra s’accompagner de changements dans la manière dont nous organisons notre système de mobilité. Il est nécessaire de passer à des modes de transport plus durables, de même que de mettre l’accent non seulement sur l’activité de transport, mais aussi sur l’accessibilité des postes de travail et des services. Pour ce faire, des politiques générales sont indispensables. Par exemple, l’urbanisme peut garantir un espace suffisant pour les infrastructures réservées aux vélos, tout en rapprochant les services, les activités commerciales et les zones résidentielles. 

Que font l’Union européenne et les États membres face à ces problématiques ?

Rasa: 

Le Parlement européen s’est récemment prononcé en faveur de l’objectif proposé d’atteindre la neutralité carbone pour les voitures et les camionnettes neuves d’ici à 2035. Si les États membres approuvent également cet objectif, cela entraînera une baisse majeure des émissions générées sur les routes européennes au cours des prochaines décennies. 

La stratégie de mobilité durable et intelligente contient également des objectifs liés au passage à des modes de transport plus durables. Il s’agit notamment d’objectifs visant à augmenter le trafic ferroviaire à grande vitesse, le trafic ferroviaire de marchandises et le transport par voies navigables.   

Quelles sont les autres activités de l’AEE dans le domaine des transports? 

Rasa:

L’AEE recueille de grandes quantités de données relatives aux véhicules et aux carburants auprès des pays européens et des constructeurs. Il s’agit notamment de données relatives aux nouveaux camions, autobus, voitures, camionnettes et remorques immatriculés dans l’UE, qui nous permettent d’évaluer l’efficacité du parc de véhicules neufs. Nous collectons aussi des données sur les carburants utilisés dans le transport routier et les engins mobiles en Europe, ce qui inclut le type et la quantité de carburants utilisés ainsi que les émissions associées à leur extraction, à leur traitement et à leur distribution. En ce qui concerne les biocarburants, nous examinons également les effets des changements indirects dans l’affectation des sols. 

Nous analysons ces données afin de suivre les progrès réalisés par rapport aux objectifs politiques fixés au moyen d’évaluations d’indicateurs régulières que nous partageons publiquement sur notre site web. En plus d’utiliser nos propres données, nous préparons aussi des indicateurs stratégiques pertinents sur la base de données plus larges de l’AEE ou de données externes, par exemple les émissions de gaz à effet de serre provenant des transports et, plus tard cette année, la part des autobus et des trains dans l’ensemble des transports. 

Tommaso: 

L’AEE travaille aussi dans d’autres domaines du système de mobilité et des transports. Parmi les activités supplémentaires actuellement en cours, citons les secteurs maritime et aérien, pour lesquels nous préparons les nouvelles éditions des rapports sectoriels, en collaboration avec nos partenaires des autres agences européennes. 

Il s’agit du rapport environnemental sur le transport maritime européen, en collaboration avec l’Agence européenne pour la sécurité maritime, et du rapport environnemental sur l’aviation européenne, en collaboration avec l’Agence de l’Union européenne pour la sécurité aérienne et Eurocontrol (Organisation européenne pour la sécurité de la navigation aérienne). 

Quel est le thème du prochain rapport TERM de l’AEE ? 

Tommaso: 

À l’heure actuelle, nous travaillons sur la prochaine édition du rapport TERM en vue de la publier plus tard cette année. Cette édition portera sur le vaste sujet de la numérisation dans le système de mobilité et explorera de nombreuses innovations rendues possibles par les technologies numériques et la manière dont celles-ci pourraient avoir une incidence sur le secteur, sur l’environnement et sur nos vies. 


Rasa Narkeviciute et Tommaso Selleri, experts de l’AEE dans le domaine des transports et de l’environnement 

Permalinks

Geographic coverage

Temporal coverage

Topics

Topics:

Mots-clés

Mots-clés associés :
Mots-clés associés : term, transport
Actions de document