suivant
précédent
éléments

Actualités

Le nouveau visualiseur de données sur la qualité de l’air dans les villes européennes vous permet de vérifier les niveaux de pollution atmosphérique sur le long terme pour votre lieu de résidence

Changer la langue
Actualités Publié 17/06/2021 Dernière modification 28/06/2021
5 min read
Photo: © Ula Peiciute on Flickr
De nombreuses villes européennes sont confrontées au grave problème de la pollution atmosphérique, qui entraîne de réels risques pour la santé. Aujourd’hui, l’Agence européenne pour l’environnement (AEE) met en ligne son nouveau visualiseur de données sur la qualité de l’air dans les villes européennes. Vous pouvez vérifier l’évolution de la qualité de l’air au cours des deux dernières années dans la ville où vous vivez, et la comparer à d’autres villes partout en Europe.

Dans le nouveau visualiseur de données sur la qualité de l’air de l’AEE, les villes sont classées de la ville la plus propre à la plus polluée en fonction du taux de particules fines, ou PM2,5, au cours des deux dernières années civiles. 

De 2019 à 2020, les trois villes européennes les plus propres sur le plan de la qualité de l’air étaient Umeå (Suède), Tampere (Finlande) et Funchal (Portugal). Les trois villes les plus polluées étaient Nowy Sacz (Pologne), Cremona (Italie) et Slavonski Brod (Croatie). 

La qualité de l’air est considérée comme bonne dans 127 des 323 villes incluses dans le visualiseur de données, ce qui signifie que l’exposition à long terme aux PM2,5 se situe en-dessous des valeurs établies par les directives sanitaires de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), à savoir 10 microgrammes par mètre cube d’air (10 μg/m3). 

L’Union européenne a établi la valeur limite annuelle de PM2,5 à 25 μg/m3, conformément aux politiques visant à assainir l’air en Europe.  Le visualiseur de données considère la qualité de l’air comme très mauvaise lorsque les niveaux de PM2,5  sont supérieurs ou égaux à cette limite, ce qui est le cas de cinq villes en Pologne, en Croatie et en Italie. 

Les particules fines représentent le polluant atmosphérique aux répercussions sur la santé les plus graves en ce qui concerne les morts prématurées et les maladies. Le visualiseur de données offre des informations sur la qualité de l’air à long terme dans chaque ville. L’exposition à long terme aux PM2,5 entraîne des maladies cardio-vasculaires et respiratoires. 

Bien que la qualité de l’air en Europe se soit significativement améliorée au cours de la dernière décennie, la dernière évaluation de l’AEE montre que l’exposition aux particules fines a été responsable de 417 000 décès prématurés dans 41 pays européens en 2018. 

Bien que la qualité de l’air se soit grandement améliorée ces dernières années, la pollution atmosphérique persiste à un niveau élevé dans de nombreuses villes européennes. Ce visualiseur de données sur la qualité de l’air permet aux citoyens de comparer facilement par eux-mêmes leur ville avec d’autres pour ce qui est de la pollution atmosphérique. Elle fournit des informations concrètes et à l’échelle locale qui leur donnent les moyens d’inciter leurs autorités locales à résoudre ces problèmes. Cela nous aidera à atteindre les objectifs zéro pollution de l’UE

Hans Bruyninck, directeur exécutif de l’AEE

Fonctionnement du visualiseur de données

Le visualiseur de données fournit des informations sur les niveaux de particules fines dans plus de 300 villes des pays membres de l’AEE. Elle s’appuie sur des données fournies à l’AEE par ses pays membres, conformément aux directives européennes concernant la qualité de l’air ambiant. Ces données sont obtenues à l’aide de mesures au sol des PM2,5 effectuées par plus de 400 stations de mesure réparties dans les zones urbaines et péri-urbaines à l’intérieur des villes. Ces stations permettent de brosser un tableau fiable de l’exposition de la population à la pollution atmosphérique. 

Les relevés et les classements s’appuient sur la concentration annuelle moyenne en PM2,5 au cours des deux dernières années civiles, sur la base de données à jour pour l’année la plus récente et de données sur la qualité de l’air validées pour l’année précédente. Le tableau classe les villes européennes par niveau moyen de particules fines durant les deux dernières années civiles. L’AEE étudiera ultérieurement les possibilités d’intégrer d’autres polluants atmosphériques importants à ce nouvel outil. 

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a établi, dans ses directives sanitaires pour l’exposition à long terme aux particules fines, un seuil de 10 microgrammes par mètre cube d’air (10 μg/m3). L’Union européenne a établi la valeur limite annuelle de particules fines à 25 μg/m3, conformément aux politiques visant à assainir l’air en Europe. 

Le visualiseur de données classe la qualité de l’air comme: 

  • bonne pour les niveaux de particules fines inférieurs à la valeur annuelle de 10 μg/m3 établie par l’OMS;
  • modérée pour les niveaux compris entre 10 et moins de 15 μg/m3;
  • mauvaise pour les niveaux compris entre 15 et moins de 25 μg/m3; et
  • très mauvaise pour les niveaux supérieurs ou égaux à la limite de 25 μg/m3 établie par l’Union européenne.

Veuillez noter que toutes les villes ne sont pas incluses. Les données concernent les villes qui font partie de l’audit urbain de la Commission européenne et dont la population est supérieure à 50 000 habitants. Les villes qui ne disposent pas de stations de mesure urbaines ou péri-urbaines sont exclues, de même que celles pour lesquelles les données des stations couvrent moins de 75 % des jours d’une année civile.

Autres produits relatifs à la qualité de l’air proposés par l’AEE 

Si vous souhaitez connaître la qualité de l’air dans votre ville à cet instant, rendez-vous sur la page de l’indice européen de la qualité de l’air. L’indice présente des informations sur la qualité de l’air au cours des deux derniers jours et propose des prévisions sur 24 heures ainsi que des recommandations de santé pour l’exposition à court terme à la pollution atmosphérique. En outre, il couvre un éventail plus vaste de polluants atmosphériques qui comprend les particules, le dioxyde d’azote, le dioxyde de soufre et l’ozone. 

Pour plus d’informations sur les répercussions de la pollution atmosphérique en Europe, cliquez ici. 

Retrouvez le dernier rapport annuel de l’Agence européenne pour l’environnement concernant la qualité de l’air en Europe ici.

Permalinks

Geographic coverage

Temporal coverage

Actions de document