suivant
précédent
éléments

Article

Objectif Europe 2030: pour une nature résiliente, une économie durable et une vie en bonne santé

Changer la langue
Article Publié 30/09/2020 Dernière modification 15/10/2020
6 min read
Photo: © Javier Arcenillas, REDISCOVER Nature/EEA
La pandémie de COVID-19 a mis en lumière la fragilité de nos sociétés et de nos économies lorsqu’elles sont confrontées à une crise majeure. Avec la dégradation de l’environnement et le changement climatique, ces crises seront probablement plus fréquentes et plus graves encore. Face à l’incertitude et aux nombreux défis qui se posent, notre seule option viable est de nous assurer que chaque décision que nous prenons pendant cette période critique nous rapproche un peu plus de nos objectifs sociaux et de développement durable.

Les mois qui viennent seront critiques pour définir les plans de reprise et d’investissement. Pour contribuer à ces discussions, nous organisons une série de débats en ligne dont l’objectif est de diffuser les connaissances et les réflexions d’experts auprès d’un public plus vaste. D’une manière ou d’une autre, le changement se produira. Nous devons nous assurer que chaque décision que nous prenons en cours de route nous rapprochera un peu plus de la durabilité.

Hans Bruyninckx, directeur exécutif de l'AEE

La pandémie de COVID-19 a tout changé. La monde a connu des guerres, des crises économiques et financières, des feux de forêts, des pénuries alimentaires, des vagues migratoires, ainsi que des épidémies locales et saisonnières. Mais les générations actuelles n’avaient jamais rien vécu de semblable à cette pandémie. Elle s’est répandue partout dans le monde, touchant directement ou indirectement des millions, voire des milliards d’individus; les sociétés ont été confinées, les frontières ont été fermées et des secteurs entiers ont été figés - le tout en quelques mois à peine.

Cela fait maintenant six mois que de nombreux pays européens ont mis en place des mesures de confinement pour combattre la COVID-19. Après le premier choc provoqué par ce changement aussi massif que soudain, les sociétés poursuivent leurs efforts pour comprendre le virus et la pleine échelle de ses répercussions, et cherchent des solutions pour limiter ces dernières.

Effets inégaux sur la santé

Le coronavirus affecte les  individus de façon variable. Les groupes vulnérables, tels que les personnes âgées ou atteintes de maladies et troubles préexistants, semblent être exposés à un risque plus important.

Ces mêmes individus vulnérables sont aussi les plus touchés par les risques écologiques pour la santé, notamment par la mauvaise qualité de l'air. L’exposition prolongée aux polluants atmosphériques, même à de faibles concentrations, ainsi qu’à d’autres contaminants, peut affecter la santé humaine et entraîner des maladies chroniques, rendant ainsi les gens plus vulnérables aux maladies existantes ou nouvelles telles que la COVID-19.

Notre récent rapport intitulé «Un environnement sain, une vie saine» (Healthy environment, healthy lives) souligne qu’en Europe, un décès sur huit est imputable à la mauvaise qualité de l’environnement. Il attire aussi l’attention sur les inégalités en termes de répercussions sur la santé tant dans l’ensemble de l’Europe que dans les différents pays qui la composent. Réduire la pollution et assurer l’accès à un environnement sain permet d’alléger le fardeau des maladies et d’aider les individus à vivre plus sainement.

Préserver les espaces naturels

La COVID-19 est une zoonose. Il s’agit d’un nouveau virus qui s’est transmis de l’animal à l’être humain. Ces transmissions sont les plus à même de se produire lorsque les animaux sauvages entrent en contact étroit avec les populations humaines, généralement suite à l’expansion des  activités humaines dans les espaces naturels, des interactions entre humains et animaux dans les établissements de production intensive de viande, ou par la capture d’espèces sauvages pour la consommation humaine.

Encore une fois, la COVID-19 n’est qu’un exemple parmi d’autres des liens entre la dégradation de l’environnement au sens large et ses répercussions concrètes sur notre santé et notre bien-être. Au cours des derniers jours, deux rapports clés ont été publiés — le cinquième rapport des Perspectives mondiales de la diversité biologique (Global Biodiversity Outlook 5) de la Convention des Nations unies sur la diversité biologique et le Rapport Planète Vivante 2020 (Living Planet Report 2020) du WWF. Tous deux soulignent le taux alarmant de déclin de la diversité biologique et appellent à des actions décisives et urgentes au niveau mondial. Les mêmes tendances inquiétantes s’observent en Europe, affectant la résilience et la productivité de la nature ainsi que sa capacité à assurer notre survie. Au cours des prochaines semaines, nous publierons notre évaluation complète de l’état de la nature en Europe sur la base de données détaillées fournies par les États membres de l’UE.

Améliorer la résilience de la nature à l’échelle mondiale en protégeant, préservant et restaurant les espaces naturels, mais aussi en adoptant un système d’alimentation durable, permettrait non seulement de réduire les risques liés aux zoonoses, mais aussi d’assurer notre bien-être à long terme.

Prendre en compte l’incertitude climatique

La vitesse à laquelle nous utilisons nos ressources naturelles - dont les énergies fossiles, les forêts et les terres - ainsi que la façon dont nous le faisons se trouvent aussi au cœur du changement climatique. Des incendies récents aux États-Unis à la fonte des glaciers dans les Alpes, les répercussions en sont déjà dévastatrices. Si nous ne parvenons pas à réduire drastiquement les émissions mondiales de gaz à effet de serre et à nous adapter à l’évolution du climat, nous devrons affronter de nombreuses autres crises d’envergure qui impacteront notre société et notre économie. Toute comme pour la COVID-19 et la pollution atmosphérique, une fois de plus, certains d’entre nous seront plus touchés que d’autres.

La COVID-19 a déclenché une crise de santé publique doublée d’une profonde crise économique. L’Union européenne et ses États membres y ont réagi en mettant en place des plans de relance économique.

La vraie question qui se pose est la suivante: Comment pouvons-nous nous remettre de cette crise tout en empêchant une autre crise - environnementale, climatique, économique et sanitaire - de se produire à l’avenir?

Bâtir une société résiliente et juste dotée d’une économie écologique

Les mesures de confinement ont provoqué des changements massifs et soudains dans nos modes de vie européens. Moins de véhicules ont circulé sur les routes et il n’y a presque plus eu de vols commerciaux. De nombreuses activités se sont déroulées en ligne, réduisant encore davantage le besoin de mobilité. Les effets sur l’environnement ont été clairs. En l’espace de quelques semaines, la qualité de l'air dans les villes s’était améliorée. Avec la levée des restrictions et la reprise de l’activité économique, nous observons un retour progressif vers les niveaux d’avant la COVID.

L’exemple de la COVID nous a montré que les pays ayant agi de façon rapide et déterminée ont généralement eu des taux d’infection et de mortalité moindres, y compris parmi les groupes les plus vulnérables. Les mesures de confinement ont rapidement entraîné des changements significatifs des modes de vie, réduisant la pression exercée sur la nature; la numérisation peut ici être porteuse de solutions. De même, des actions décisives entraînant des changements profonds dans nos systèmes de production et de consommation pourraient faire une réelle différence.

Les ambitions politiques de l’Europe pour le long terme sont énoncées dans le pacte vert pour l’Europe, qui propose des stratégies et des plans d’action. Dans son discours sur l’état de l’Union, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a non seulement réitéré l’engagement de l’Europe à atteindre ces objectifs, mais a aussi raffermi ses ambitions climatiques. Ces ambitions seront atteintes au moyen d’une transition juste, dans laquelle les actions portant sur les inégalités et la justice sociale seront placées sur un pied d’égalité avec les objectifs climatiques.

Les prochains mois seront cruciaux pour l’élaboration des plans de relance et d’investissement. Afin de contribuer à ces discussions, nous organisons une série de débats en ligne dont l’objectif est de diffuser les connaissances et les réflexions d’experts auprès d’un public plus vaste.

D’une manière ou d’une autre, le changement se produira. Nous devons nous assurer que chaque décision que nous prenons en cours de route nous rapprochera un peu plus du développement durable.

Hans Bruyninckx

Directeur exécutif de l’AEE

Entretien publié dans le numéro de septembre de la lettre d’information de l’AEE, n°03/2020

Permalinks

Geographic coverage

Temporal coverage

Mots-clés

Mots-clés associés :
Mots-clés associés : european green deal
Actions de document