Investir en faveur de la durabilité

Changer la langue
Article Publié 18/09/2018 Dernière modification 09/10/2018
5 min read
La Commission européenne a récemment adopté un ensemble de propositions législatives visant à stimuler la finance durable dans l'Union européenne (UE). Les propositions de la Commission s'appuient sur les recommandations du groupe d'experts de haut niveau sur la finance durable, composé d'experts de la société civile, du secteur financier, du monde universitaire et des institutions européennes et internationales. Nous nous sommes entretenus avec le représentant de l'Agence européenne pour l'environnement (AEE) au sein du groupe d'experts, Andreas Barkman, responsable des conseils stratégiques en matière de changement climatique et d'énergie.

 Image © Julian Wildner on Unsplash

Qu'est-ce exactement que la finance durable?

En termes généraux, la finance durable consiste à réorienter et à accroître les investissements qui contribuent à atteindre les objectifs de durabilité. La finance verte fait partie de la finance durable et se réfère aux investissements qui contribuent à atteindre les objectifs de la politique environnementale en matière de durabilité. Il est important de stimuler la finance verte, car la réalisation des objectifs environnementaux est, dans une large mesure, un défi en matière d'investissement.

La prise en compte des dimensions environnementales, sociales et de gouvernance tout au long de la chaîne d'investissement aidera à réorienter les capitaux vers des activités plus durables à plus long terme. Elle aidera également à identifier et à gérer les risques systémiques potentiels pour la stabilité financière.

Quelle est l'ampleur des besoins d'investissement?

Il est souvent difficile de traduire directement les objectifs, les politiques et les mesures en besoins d'investissement, mais il existe certaines estimations.  Par exemple, selon les estimations, des investissements d'une valeur d'environ 1 000 milliards d'euros seront nécessaires chaque année, à partir de 2021, pour atteindre les objectifs de l'UE en matière de climat et d'énergie à l'horizon 2030. Le déficit des investissements d'avenir—c'est-à-dire la somme qui manque pour atteindre ces 1 000 milliards d'euros—est estimé à environ 180 milliards d'euros par an. Il est important de garder à l'esprit qu'il ne s'agit pas de coûts mais d'investissements productifs avec des retours et de multiples bénéfices connexes attendus. Les Nations unies ont estimé que la réalisation des objectifs mondiaux de développement durable nécessiterait des investissements d'une valeur d'environ 5 000 à 7 000 milliards de dollars, avec un déficit d'investissement d'environ 2 500 milliards de dollars dans les pays en développement.

Combler ces déficits d'investissement dépasse de loin la capacité du seul secteur public, c'est pourquoi il est nécessaire d'exploiter la vaste capacité des marchés financiers.  Nous devons trouver de nouvelles façons d'aider et d'inciter les investisseurs à orienter les capitaux de manière à combler ce déficit. Une augmentation du volume et de la qualité de la finance durable sera essentielle pour atteindre les objectifs à long terme en matière d'environnement et de climat.

Que fait l'UE à l’heure actuelle pour promouvoir la finance durable?

De nombreux acteurs publics et privés travaillent dans le domaine de la finance verte et durable au sein de l'UE, de sorte que le concept n'est pas nouveau. Ce qui est nouveau, c'est l'augmentation rapide de l'élan politique et la nécessité d'un soutien plus structuré de par les politiques. Il existe un consensus de plus en plus large sur le fait que des modifications du système financier sont essentielles pour permettre à l'Europe d'atteindre ses objectifs de durabilité et de préserver la stabilité financière. En outre, un cadre clair et prévisible pour une finance durable contribuera à faire de l'UE une destination plus attrayante pour les investissements verts. 

La Commission européenne a joué un rôle clé dans ces développements et a récemment lancé la première série de propositions législatives sur la finance durable. Ces propositions vont maintenant passer par le processus législatif normal de l'UE. Parallèlement, un groupe d'experts dédié commencera à développer les aspects techniques de base des propositions juridiques, y compris l'élaboration des catégories initiales et des critères définissant les investissements durables.

Quels sont les problèmes que l'UE doit lever pour renforcer la finance durable?

Il ne suffit pas d’actionner un seul levier. Il s'agit plutôt d’aborder un large éventail de questions dans un certain laps de temps. Le plan d'action de la Commission européenne sur le financement de la croissance durable et le rapport final du groupe d'experts de haut niveau (GEHN) sur la finance durable mettent en évidence certains des problèmes les plus importants.

L'un des problèmes clés identifiés par la Commission et le GEHN est la nécessité d'établir un système de classification à l'échelle de l'UE pour les activités durables. Ce système aiderait à définir les activités économiques dans lesquelles il convient d'investir et dans quelles conditions, afin de contribuer concrètement à la réalisation d'objectifs environnementaux spécifiques, tels que l'atténuation du changement climatique ou la protection des écosystèmes. Il s'agit d'une tâche ambitieuse mais aussi très exigeante, qui nécessitera l'expertise de nombreuses disciplines. Le système de classification doit être rigoureux sur le plan technique, mais il ne doit pas non plus devenir trop complexe. Il doit permettre au système financier d'agir de manière efficace.

Pourquoi le système de classification des investissements durables est-il si important?

Un système de classification à l'échelle de l'UE compléterait les politiques sectorielles et thématiques existantes afin de renforcer la stabilité des politiques pour les investisseurs.

Aujourd'hui, il existe plusieurs approches nationales et fondées sur le marché, mais aucun système à l'échelle de l'UE qui couvre tous les objectifs environnementaux clés d'une manière uniforme et qui précise ce qui constitue un investissement écologiquement durable. Ce manque d'harmonisation est une source d'incertitude pour les investisseurs et entrave le développement d'un marché unique pour les investissements durables. De plus, la définition de critères techniques communs rigoureux dans un système à l'échelle de l'UE réduirait le risque d'un éventuel  « greenwashing » de produits financiers sur le marché.

Que signifient ces développements rapides de la finance durable pour l'AEE?

L'AEE continuera de s’engager au sein du processus des politiques de l'UE en matière de finance durable. À court terme, l'Agence soutiendra les travaux du groupe d'experts techniques de la Commission.

À long terme, le rôle de l'AEE dépendra du résultat du processus législatif ainsi que de la disponibilité des ressources. Dans la récente proposition de la Commission, l'AEE est présentée comme faisant partie d'une plate-forme de collaboration public-privé à long terme sur la finance durable. Cette plate-forme aiderait et conseillerait la Commission, principalement sur des sujets liés à la taxonomie à l'échelle de l'UE pour les activités durables. Dans le cadre de cette plate-forme, l'AEE coopérerait étroitement avec d'autres organismes publics, tels que la Banque européenne d'investissement, les trois autorités européennes de surveillance et le Fonds européen d'investissement.

Je pense que le lien entre l'environnement et les politiques financières sera plus fort à l'avenir, avec des avantages mutuels. Pour la grande majorité des défis environnementaux qui nous attendent, il existe un lien d'investissement très fort. Il est essentiel de disposer d'un cadre clair, stable et réalisable pour les politiques, afin de financer avec succès ces investissements.

Andreas Bakman

Andreas Barkman

Conseils stratégiques en matière de changement climatique et d'énergie, AEE

 

 

Temporal coverage

Actions de document
Mots-clés associés : ,
Articles
Menu
Abonnements
Inscrivez-vous pour recevoir nos rapports (imprimés et/ou électroniques) et nos bulletins trimestriels.
Suivez-nous
 
 
 
 
 
Agence européenne pour l'environnement (AEE)
Kongens Nytorv 6
1050 Copenhague K
Danemark.
Téléphone: +45 3336 7100