suivant
précédent
éléments

Article

Entretien — Comment l’Europe atteint-elle un niveau zéro de pollution ?

Changer la langue
Article Publié 02/05/2022 Dernière modification 05/05/2022
4 min read
L’Union européenne s’est engagée dans d’ambitieux projets visant à réduire de manière drastique les émissions et la pollution au cours des prochaines décennies. Il s’agit notamment du plan d’action « zéro pollution » lancé récemment, qui aura pour objectif principal de ramener la pollution de l’air, de l’eau et des sols à des niveaux qui ne soient plus considérés comme nocifs pour la santé humaine et l’environnement. Nous nous sommes entretenus avec Ian Marnane, expert de l’AEE en matière d’environnement, de santé et de bien-être, qui planche actuellement sur l’élaboration d’un prochain rapport de l’AEE consacré à la « Pollution zéro », dont la publication est attendue plus tard cette année.

Les ambitions de l’UE pour 2050, le pacte vert pour l’Europe et l’objectif de zéro émission nette ont fait couler beaucoup d’encre. Quelle est la place du plan d’action « zéro pollution » de l’UE dans ces efforts ?

Le pacte vert pour l’Europe, qui repose sur plusieurs initiatives ambitieuses, dont le plan d’action « zéro pollution » constitue un élément important, établit une feuille de route pour prévenir toute incidence significative de la pollution sur notre santé et nos écosystèmes.

Le plan d’action présente de nombreuses synergies avec d’autres mesures stratégiques relevant du pacte vert pour l’Europe, telles que la stratégie « De la ferme à la table », le plan d’action en faveur de l’économie circulaire, la stratégie en faveur de la biodiversité, la stratégie thématique en faveur de la protection des sols et la stratégie pour la durabilité dans le domaine des produits chimiques. L’un des principaux objectifs du plan d’action est d’intégrer la prévention de la pollution dans tous les domaines d’action concernés.

Bien que le changement climatique ne relève pas spécifiquement du champ d’application du plan d’action « zéro pollution », il est évident que la réalisation des objectifs du plan d’action nous aidera à nous rapprocher des objectifs de zéro émission nette, tout comme la lutte contre le changement climatique contribuera à réduire les niveaux de pollution.

Le plan d’action « zéro pollution » soutient également des programmes internationaux de plus grande envergure tels que les objectifs de développement durable des Nations unies à l’horizon 2030. Il reconnaît que la pollution ne s’arrête pas aux frontières et que, par exemple, nos habitudes de consommation et nos activités en matière de gestion des déchets en Europe influencent les niveaux de pollution à l’échelle mondiale.

En quoi le plan d’action « zéro pollution » consiste-t-il exactement ?

Il s’agit d’un sujet très vaste et difficile à définir, mais l’un de ses principaux objectifs est d’encourager et de promouvoir l’intégration de la prévention de la pollution dans toutes les politiques de l’UE pertinentes. Parmi les autres éléments clés du plan figurent la lutte contre les inégalités en matière d’exposition à la pollution, le renforcement des mesures de mise en œuvre et d’application, l’action collective et le changement dans l’ensemble de la société, la promotion d’une transition mondiale vers une pollution zéro et l’élaboration d’une approche plus intégrée à l’égard de la surveillance de la pollution.

Le plan d’action reconnaît également que, pour être à la hauteur de ces ambitions, nous devons veiller à ce que les mesures politiques soient fondées sur la prévention de la pollution à la source. En effet, des concepts tels que l’élimination de la pollution de l’environnement et le traitement « en bout de chaîne » sont moins durables.

Le plan en tant que tel comprend une liste complète des mesures spécifiques à prendre pour concrétiser l’ambition « zéro pollution » (assorties des délais respectifs) et définit neuf actions « phares ». Par exemple, l’initiative phare nº 1 consiste à « réduire les inégalités en matière de santé grâce à une pollution zéro ».

Le calendrier global du plan d’action s’étend jusqu’en 2050. Toutefois, celui-ci comprend également un certain nombre d’objectifs fixés pour 2030, qui doivent contribuer à insuffler le premier élan nécessaire pour voir l’ambition « zéro pollution » se concrétiser.

Quel est le rôle de l’AEE dans le plan d’action « zéro pollution » ?

Nous devons être en mesure de suivre efficacement les progrès accomplis pour parvenir à un niveau zéro de pollution afin de discerner nos points forts, les domaines qui progressent plus lentement et ceux dans lesquels nous devons approfondir nos connaissances. Cette approche contribuera à faire aboutir ce plan d’action ambitieux au cours des prochaines années.

Celui-ci prévoit l’obligation pour l’AEE et le Centre commun de recherche de la Commission européenne d’élaborer un suivi et une évaluation prospective de l’ambition « zéro pollution ». Plus précisément, l’AEE est responsable de la préparation de l’évaluation du suivi, la première évaluation devant être remise fin 2022 et une nouvelle évaluation devant être réalisée pour 2024.

Cet exercice permettra de jauger de manière intégrée les tendances récentes en matière de pollution et de vérifier si, eu égard à ses performances actuelles, l’UE est en passe d’atteindre les objectifs spécifiques « zéro pollution » pour 2030, ainsi que d’autres objectifs stratégiques actuels. Il portera également sur la faisabilité de la réalisation des objectifs à plus long terme pour 2050.

Comment l’AEE assurera-t-elle exactement le suivi des progrès réalisés ?

Notre évaluation dans le courant de l’année fera office de scénario de référence pour mesurer les progrès futurs. Le rapport se fondera sur les « indicateurs » disponibles, qui renseignent sur les tendances récentes en matière d’émissions et d’effets de la pollution. Sur la base de ces informations, nous serons en mesure de fournir une première analyse visant à déterminer si nous sommes en voie d’atteindre les objectifs spécifiques fixés pour 2030 et si notre « trajectoire » dans d’autres domaines est en adéquation avec les objectifs stratégiques actuels.

Notons que cette analyse devrait également permettre de recenser les domaines dans lesquels nos connaissances sont incomplètes et nécessitant la mise au point de données et indicateurs de meilleure qualité pour nos évaluations futures. Nous aurons également recours à d’autres sources d’information (telles que des évaluations ou des travaux de recherche par pays) pour identifier les problèmes émergents et émettre des alertes précoces sur les principaux problèmes qui s’annoncent et auxquels il conviendra de s’attaquer.

Une deuxième évaluation, qui sera réalisée en 2024, s’appuiera sur le rapport de 2022 et comprendra des indicateurs et des informations disponibles supplémentaires pour mieux comprendre comment nous progressons vers les objectifs « zéro pollution ». Ces travaux seront ensuite utilisés par la Commission européenne pour élaborer des notes d’orientation, afin d’éclairer et de guider la future politique en matière de pollution.

Parvenir un jour à un niveau zéro de pollution : est-ce réaliste ?

Le plan d’action « zéro pollution » est en effet très ambitieux et d’aucuns pourraient mettre en doute la possibilité de le concrétiser. Toutefois, le fait de placer la barre aussi haut nous permet de mieux comprendre la nécessité d’un changement systémique et d’une approche plus intégrée en matière de lutte contre la pollution et ses effets.

Nous fonctionnons déjà au-delà des capacités de notre planète. La pollution de l’air, des sols et de l’eau a des effets négatifs importants sur notre santé et sur nos écosystèmes. Des études telles que le rapport d’évaluation mondiale de l’IPBES sur la biodiversité et les services écosystémiques montrent que l’activité humaine actuelle a une incidence négative sur les écosystèmes, ceux-là mêmes dont nous dépendons, ce qui n’est en aucun cas viable. Dès lors, si nous voulons évoluer vers une société plus durable, nous devons redoubler d’efforts pour atteindre les objectifs du plan d’action « zéro pollution ».

Ian Marnane, EEA environment, health and well-being expert

Ian Marnane
Expert de l’AEE en matière d’environnement, de santé et de bien-être

Permalinks

Geographic coverage

Temporal coverage

Mots-clés

Mots-clés associés :
Mots-clés associés : zero pollution, pollution
Actions de document