Outils personnels

suivant
précédent
éléments

Passer au contenu | Passer à la navigation

Sound and independent information
on the environment

Vous êtes ici : Accueil / Salle de presse / Communiqués de presse / L’Union européenne ne parvient pas à restreindre les émissions générées par le secteur des transports : il s’avère nécessaire de procéder à des améliorations en profondeur et à la définition d’objectifs clairs

L’Union européenne ne parvient pas à restreindre les émissions générées par le secteur des transports : il s’avère nécessaire de procéder à des améliorations en profondeur et à la définition d’objectifs clairs

Changer la langue
Selon un nouveau rapport publié par l'Agence européenne pour l'environnement (AEE), le secteur des transports de l’Union européenne (UE) doit mettre en œuvre des mesures rigoureuses afin d'aider l'Europe à atteindre ses objectifs en matière d'émissions de gaz à effet de serre.

Alors que les volumes de passagers sont en croissance constante et que le transport de marchandises croît plus rapidement que l'économie, l'efficacité énergétique de la circulation des produits diminue, et ce, en dépit des progrès technologiques. L'étude intitulée «Climate for transport change» invite instamment les décideurs politiques à établir des objectifs ambitieux mais réalistes pour ce secteur, tout en répondant «de manière sérieuse et impartiale» à la demande en matière de transports.

Le professeur Jacqueline McGlade, directrice exécutive de l'AEE, se déclare «convaincue que nous pouvons limiter la croissance vertigineuse des émissions générées par le secteur des transports». Selon Mme McGlade, «la croissance effrénée des activités de transport engendre trop d’effets secondaires qui nous concernent tous, tels que le bruit et la pollution atmosphérique. Elle est également la cause de graves dommages pour la biodiversité en Europe».

Le professeur McGlade souligne que «la politique communautaire des transports doit agir sur cette évolution à la hausse des émissions», arguant que « si les transports, et notamment les transports routiers, avaient suivi une tendance identique à celle observée dans d’autres secteurs économiques, nous aurions pu revendiquer une position de leader à l’échelle internationale en atteignant nos objectifs en matière d’émissions de gaz à effet de serre au titre du protocole de Kyoto il y a plusieurs années.»

Le rapport, présenté aujourd’hui à Bruxelles au comité temporaire sur le changement climatique du Parlement européen, va bien au-delà de la présentation de données en matière d’émissions provenant du secteur des transports, et ses auteurs plaident instamment pour une intégration des problématiques d’occupation des terres et des transports dans la planification urbaine. Au sein de l'UE-15, les villes sont responsables d’environ 80 % des coûts résultant des embouteillages, y compris la perte d’heures de travail.

Le professeur McGlade attire l’attention sur le fait que « le secteur des transports a été trop longtemps exempt de régulation coercitive en ce qui concerne la lutte contre le réchauffement de la planète et les émissions de carbone. Les gouvernements et les citoyens doivent repenser en profondeur leur approche de la politique des transports, ne fût-ce que par souci de protection sanitaire. Nous ne pouvons continuer à octroyer des privilèges à des modes de transport peu efficaces ».

Cette étude réalisée à l’échelle de l'Union européenne révèle que les engagements volontaires des fabricants automobiles à améliorer l'efficacité des véhicules n’ont pas généré de gains suffisants. En outre, les taux d’occupation des véhicules privés ont progressivement diminué. Environ 12 % des émissions de CO2 dans l’UE proviennent de carburant consommé par des voitures particulières.

Les obligations formulées dans le protocole de Kyoto ne portent pas sur les activités internationales de transport aérien et maritime, en raison, en partie, des difficultés à imputer les émissions à un pays spécifique.

Informations générales concernant le rapport

Le rapport de l'AEE, intitulé «Climate for a transport change», est la publication annuelle du Mécanisme de Rapport Transports et Environnement (TERM) de l'AEE, qui surveille l'évolution et l'efficacité des efforts déployés en vue d’intégrer les stratégies en matière de transports et d’environnement.

Le rapport vise à couvrir tous les États membres de l'AEE.

UE-27: Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Suède et Royaume-Uni.

Pays membres de l’AEE: Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Malte, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse et Turquie.

À propos de l’Agence européenne pour l’environnement (AEE)

L'AEE est située à Copenhague. Elle a pour objectif de contribuer à une amélioration significative et mesurable de l’environnement européen en fournissant des informations opportunes, ciblées, pertinentes et fiables aux décideurs politiques et au public.

Contacts

Pour toute question relative aux médias, veuillez vous adresser à

Òscar Romero Sanchez
Attaché de presse

Téléphone: +45 33 36 72 07
Téléphone mobile: +45 23 68 36 71
Oscar.Romero@eea.europa.eu

Marion Hannerup
Responsable des communications et affaires internes

Téléphone: +45 33 36 71 60
Téléphone mobile : +45 51 33 22 43

Geographical coverage

[+] Show Map

Actions de document

Commentaires

Agence européenne pour l'environnement (AEE)
Kongens Nytorv 6
1050 Copenhague K
Danemark.
Téléphone: +45 3336 7100