Le changement climatique présente des risques de plus en plus graves pour les écosystèmes, la santé humaine et l’économie en Europe

Changer la langue
Actualités Publié 25/01/2017 Dernière modification 17/02/2017
Les régions européennes sont confrontées à une augmentation du niveau de la mer et des phénomènes météorologiques plus extrêmes, tels que des vagues de chaleur, des inondations, des sécheresses et des tempêtes plus fréquentes et plus intenses, en raison du changement climatique, selon un rapport de l’Agence européenne pour l'environnement publié aujourd’hui. Ce rapport évalue les dernières tendances et prévisions relatives au changement climatique, et leurs incidences dans l’ensemble de l’Europe. Il constate que des stratégies, politiques et mesures d’adaptation améliorées et plus flexibles seront fondamentales pour atténuer ces impacts.

Les changements climatiques se poursuivront durant de nombreuses décennies. L’ampleur des changements futurs et leurs conséquences dépendront de l’efficacité de l’application de nos accords internationaux sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, mais nous devrons également veiller à mettre en place des stratégies et politiques d’adaptation appropriées pour réduire les risques liés aux phénomènes climatiques extrêmes actuels et projetés.

Hans Bruyninckx, directeur exécutif de l’AEE

Les changements climatiques observés ont déjà de vastes incidences sur les écosystèmes, l’économie, et la santé et le bien-être humains en Europe, selon le rapport Climate change, impacts and vulnerability in Europe 2016. De nouveaux records continuent à être établis en ce qui concerne les températures mondiales et européennes, le niveau de la mer et la fonte de la glace marine dans la région Arctique. Le régime des précipitations évolue: en général, les régions humides deviennent plus humides et les régions sèches plus sèches en Europe. Le volume des glaciers et la couverture neigeuse diminuent. Parallèlement, les phénomènes climatiques extrêmes tels que les vagues de chaleur, les fortes précipitations et les sécheresses augmentent en fréquence et en intensité dans de nombreuses régions. Les projections climatiques affinées fournissent des preuves supplémentaires de la progression future des phénomènes climatiques extrêmes dans un grand nombre de régions européennes.

«Les changements climatiques se poursuivront durant de nombreuses décennies. L’ampleur des changements futurs et leurs conséquences dépendront de l’efficacité de l’application de nos accords internationaux sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, mais nous devrons également veiller à mettre en place des stratégies et politiques d’adaptation appropriées pour réduire les risques liés aux phénomènes climatiques extrêmes actuels et projetés», a déclaré Hans Bruyninckx, directeur exécutif de l’AEE.

Points névralgiques du changement climatique

Toutes les régions européennes sont vulnérables au changement climatique, mais certaines connaîtront des incidences plus négatives que d’autres. L’Europe du Sud et du Sud-Est devrait être un point névralgique du changement climatique, tant elle devrait subir le plus grand nombre d’incidences défavorables. Cette région connaît déjà une forte hausse des températures extrêmes et une diminution des précipitations et du débit des cours d’eau, qui ont accru le risque de sécheresses plus graves, de rendement inférieur des récoltes, de perte de biodiversité et d'incendies de forêt. La fréquence accrue des vagues de chaleur et l’évolution de la répartition des maladies infectieuses dépendantes des conditions climatiques devraient aggraver les risques pour la santé et le bien-être humains.

Les zones côtières et les plaines inondables de l’ouest de l’Europe sont également considérées comme des points névralgiques car elles courent un risque d'inondation accru lié à l’augmentation du niveau de la mer et à l’accroissement possible des ondes de tempête. Le changement climatique entraîne par ailleurs des modifications majeures des écosystèmes marins, à la suite de l’acidification des océans, du réchauffement et de l’extension des zones mortes appauvries en oxygène.

Les écosystèmes et les activités humaines de la région arctique seront également fortement affectés, en raison de l’augmentation particulièrement rapide des températures de l’air et de la mer et de la fonte associée des glaces terrestres et marines.

Bien que certaines régions puissent également connaître des incidences positives, telle l’amélioration des conditions agricoles dans certaines parties d’Europe septentrionale, la plupart des régions et des secteurs seront affectés négativement.

Écosystèmes, santé humaine et économie

Les écosystèmes et les zones protégées en Europe subissent la pression du changement climatique et d’autres facteurs de stress, tels que le changement d’affectation des terres. Le rapport souligne que les incidences du changement climatique menacent la biodiversité terrestre et maritime. De nombreuses espèces animales et végétales voient leur cycle de vie changer et migrent vers le nord et des altitudes supérieures, tandis que diverses espèces envahissantes se sont établies ou ont étendu leurs aires de répartition. Les espèces marines, y compris des réserves halieutiques importantes sur le plan commercial, migrent également vers le nord. Ces changements affectent divers services écosystémiques et secteurs économiques tels que l’agriculture, la foresterie et la pêche.

Les principaux effets du changement climatique sur la santé sont liés aux phénomènes météorologiques extrêmes, aux changements dans la répartition des maladies liées aux conditions climatiques, et à l’évolution des conditions environnementales et sociales. Les inondations fluviales et côtières ont affecté des millions de personnes en Europe durant la dernière décennie. Les conséquences sur la santé incluent des blessures, des infections, une exposition aux dangers chimiques et des incidences sur la santé mentale. Les vagues de chaleur sont devenues plus fréquentes et intenses, provoquant des dizaines de milliers de décès prématurés en Europe. Il est prévu que cette tendance s’intensifie, à moins que des mesures d’adaptation appropriées ne soient prises. La propagation des espèces de tiques, du moustique-tigre et d’autres porteurs de germes augmente le risque de maladie de Lyme, d’encéphalite à tiques, de fièvre du Nil occidental, de dengue, de chikungunya et de leishmaniose.

Les coûts économiques des changements climatiques peuvent être très élevés. Les phénomènes climatiques extrêmes dans les États membres de l’AEE représentent plus de 400 milliards d’euros de pertes économiques depuis 1980. Les estimations disponibles des coûts futurs des changements climatiques en Europe ne prennent en compte que certains secteurs et sont très incertaines. Les coûts prévus des dommages liés au changement climatique sont toutefois supérieurs dans la région de la Méditerranée. L’Europe est également affectée par les incidences des changements climatiques dans le reste du monde, en raison des conséquences commerciales, de l’infrastructure, des risques géopolitiques et sécuritaires, et des migrations.

Amélioration de l’adaptation et des connaissances

L'intégration de l’adaptation au changement climatique dans d’autres politiques progresse, mais peut être améliorée. De possibles actions supplémentaires incluent l’amélioration de la cohérence des politiques à travers différents domaines et à divers niveaux de gouvernance (européen, transnational, national et infranational), des approches de gestion adaptative plus flexibles, et la combinaison de solutions technologiques, d’approches fondées sur les écosystèmes et de mesures ‘douces’ .

Le développement et l’utilisation des services climatologiques et liés à l’adaptation augmentent en Europe. Il serait utile d’améliorer les connaissances dans divers domaines, tels que les évaluations de la vulnérabilité et des risques à différentes échelles, ou le suivi, la production de rapports et l’évaluation des mesures adaptatives, de leurs coûts et de leurs avantages, et les synergies et compromis avec d’autres politiques.

Contexte

Ce rapport est une évaluation basée sur des indicateurs des changements climatiques passés et futurs et de leurs incidences sur les écosystèmes et la société. Il examine également la vulnérabilité de la société face à ces impacts, et l’élaboration des politiques adaptatives et de la base de connaissances sous-jacente.

Ce rapport a été produit  par l’AEE, en collaboration avec le Centre commun de recherche de la Commission européenne, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, l’Office régional pour l’Europe de l’Organisation mondiale de la santé, et trois Centres thématiques européens: ETC-CCA (incidences du changement climatique, vulnérabilité et adaptation), ETC-BD (diversité biologique), et ETC-ICM (eaux intérieures, côtières et marines) . Il s’agit du quatrième rapport sur le changement climatique, ses incidences et la vulnérabilité en Europe (Climate change, impacts and vulnerability in Europe), dont la publication est quadriennale . La présente édition entend soutenir le processus de mise en œuvre et de révision de la stratégie d’adaptation de l’Union européenne de 2013 (prévu pour 2018), et l’élaboration de stratégies et de plans d’adaptation nationaux et transnationaux.

Contenu connexe

Publications connexes

Voir aussi

Chiffres soutenant l'évaluation

Temporal coverage

Agence européenne pour l'environnement (AEE)
Kongens Nytorv 6
1050 Copenhague K
Danemark.
Téléphone: +45 3336 7100