De nombreux Européens restent exposés à une pollution atmosphérique nocive

Changer la langue
Press Release Publié 30/11/2015 Dernière modification 21/04/2016 16:57
La pollution atmosphérique constitue le premier risque sanitaire d'origine environnementale en Europe. Elle raccourcit l'espérance de vie des personnes affectées et contribue à l'apparition de maladies graves, telles que des maladies cardiaques, des troubles respiratoires et des cancers. Selon un nouveau rapport publié aujourd'hui par l'Agence européenne pour l'environnement (AEE), la pollution de l'air continue de causer plus 430 000 décès prématurés en Europe par an.

 Image © NILU

Malgré les améliorations constantes observées au cours des dernières décennies, la pollution atmosphérique continue d'affecter la santé générale des Européens, réduisant leur qualité de vie et leur espérance de vie.

Hans Bruyninckx, le directeur exécutif de l'AEE

Le rapport 2015 de l'AEE sur la qualité de l'air en Europe dresse le bilan de l'exposition de la population européenne aux polluants atmosphériques et fournit un aperçu de la qualité de l'air fondé sur les données de stations de surveillance officielles dans toute l'Europe. Le rapport montre que la plupart des citadins restent exposés à des niveaux de pollution atmosphérique jugés nocifs par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les principaux polluants ayant une incidence sur la santé humaine sont les particules (PM), l'ozone troposphérique (O3) et le dioxyde d'azote (NO2). Les estimations de l'impact sur la santé d’une exposition chronique aux PM2,5 montrent que ce polluant a été responsable de 432 000 décès prématurés en Europe en 2012, un chiffre similaire aux estimations des années précédentes. Les expositions au dioxyde d'azote et à l'ozone sont jugées responsables respectivement d'environ 75 000 et 17 000 décès prématurés. Le rapport fournit également des estimations de la mortalité prématurée à l'échelle nationale.

« Malgré les améliorations constantes observées au cours des dernières décennies, la pollution atmosphérique continue d'affecter la santé générale des Européens, réduisant leur qualité de vie et leur espérance de vie », indique le directeur exécutif de l'AEE, Hans Bruyninckx. « La pollution de l'air a aussi une incidence économique considérable. Elle est à l'origine d'un accroissement des coûts médicaux et d'une réduction de la productivité liée à la perte de jours de travail dans tous les secteurs. »

En plus de leurs effets sur la santé, les polluants atmosphériques ont aussi des effets néfastes importants sur la vie végétale et les écosystèmes. Ces problèmes, y compris l'eutrophisation causée par l'ammoniac (NH3) et les oxydes d'azote (NOX), ainsi que les dommages aux plantes causés par l'ozone, restent très répandus en Europe.

Autres conclusions du rapport

  • Les particules peuvent provoquer ou aggraver des maladies cardiovasculaires et pulmonaires, des infarctus et des arythmies. Elles peuvent aussi provoquer des cancers. En 2013, 87 % de la population urbaine de l'Union européenne était exposée à des concentrations de PM2,5 dépassant la valeur fixée par l'OMS pour protéger la santé humaine. Les normes européennes en matière de qualité atmosphérique étant moins strictes, seulement 9 % de la population était exposée à des taux de PM2,5 dépassant la valeur cible définie par l'UE. Les avantages liés à l'amélioration de la qualité de l'air en Europe sont évidents. Le respect par l'ensemble des pays de l'UE des normes de l'OMS en matière de qualité de l'air permettrait de diminuer les concentrations moyennes de PM2,5 et de réduire de 144 000 le nombre de décès prématurés par an, par rapport à la situation actuelle. Les PM2,5 se réfèrent aux particules d'un diamètre maximal de 2,5 μm. Les petites particules peuvent pénétrer profondément dans les poumons.
  • L'exposition à l'ozone dans les villes reste très élevée. En 2013, 98 % de la population urbaine de l'UE était exposée à des concentrations d'ozone dépassant la valeur de la directive de l'OMS. Environ 15 % de la population était exposée à des concentrations d'ozone supérieures à la valeur cible européenne (moins stricte). Les concentrations d'ozone ont également des conséquences néfastes sur les cultures, les forêts et les végétaux, dont elles diminuent le taux de croissance et le rendement. L'objectif à long terme en matière de protection des végétaux contre l'ozone a été atteint dans 86 % des zones agricoles de l'UE.
  • Le dioxyde d'azote affecte directement le système respiratoire et contribue à la formation de particules et d'ozone. En 2013, 9 % de la population urbaine de l'UE était exposée à des concentrations de dioxyde d'azote dépassant les normes de l'OMS et de l'UE, 93 % des dépassements ayant lieu à proximité de routes.
  • Le benzopyrène est un polluant organique carcinogène. Généralement causée par la combustion de bois, l'exposition au benzopyrène est répandue, en particulier en Europe centrale et orientale. En 2013, un quart de la population urbaine de l'UE était exposée à des concentrations de benzopyrène supérieures à la valeur cible et jusqu'à 91 % étaient exposés à des concentrations de benzopyrène dépassant le niveau de référence estimé sur la base de chiffres de l'OMS concernant les risques.
  • Les émissions de dioxyde de soufre (SO2) ont considérablement diminué au cours des dernières décennies, grâce à la législation européenne exigeant une plus faible teneur en soufre dans les carburants ainsi que l'utilisation de technologies d’épuration des émissions. Seuls quelques dépassements par rapport à la valeur limite européenne pour le dioxyde de soufre ont eu lieu en 2013.
  • Les concentrations de monoxyde de carbone, de benzène et de métaux lourds (arsenic, cadmium, nickel et plomb) dans l'air extérieur étaient généralement faibles dans l'Union européenne en 2013, avec quelques dépassements des valeurs limites et cibles respectives fixées par la législation européenne.

Liens:

Contenu connexe

Contenu associé

Indicateurs connexes

Exposure of ecosystems to acidification, eutrophication and ozone Exposure of ecosystems to acidification, eutrophication and ozone In the EU-28 countries, the ecosystem area where acidification critical loads were exceeded decreased from 43% in 1980 to 7% in 2010 (it also decreased by 7% across all EEA member countries). There remain some areas where the EU's interim objective for reducing acidification, as defined in the National Emission Ceilings Directive, has not been met.  The EU28 ecosystem area, where the critical loads for eutrophication were exceeded, peaked at 84% in 1990 and decreased to 63% in 2010 (55% in EEA member countries). The area in exceedance is projected to further decrease to 54% in 2020 for the EU28 (48% in EEA member countries), assuming current legislation is implemented. The magnitude of the exceedances is projected to reduce considerably in most areas, except for a few 'hot spot' areas in western France and the border areas between the Belgium, Germany and the Netherlands as well as in northern Italy. Only 4% of the EU-28 ecosystem area (3% in EEA member countries) is still projected to be in exceedance of acidification critical loads in 2020 if current legislation is fully implemented. The eutrophication reduction target set in the updated EU air pollution strategy proposed by the European Commission in late 2013, will be met by 2030 if it is assumed that all maximum technically feasible reduction measures are implemented, but it will not be met by current legislation. Most of Europe's vegetation and agricultural crops are exposed to ozone levels that exceed the long term objective specified in the EU Air Quality Directive. A significant fraction is also exposed to levels above the target value threshold defined in the directive. In 2012, the agricultural area exposed to concentrations above the target value threshold increased to 27% of the total area, representing an increase compared to the previous three years. With regard to forest ozone exposure, between 2004 and 2012, 60% or more of the forest area was exposed to concentrations above the critical level set by the UNECE Convention on Long Range Transboundary Air Pollution.

Related infographics

Publications connexes

Voir aussi

Geographic coverage

Albania, Andorra, Austria, Belgium, Bosnia and Herzegovina, Bulgaria, Croatia, Cyprus, Czech Republic, Denmark, Estonia, Finland, France, Germany, Greece, Hungary, Iceland, Ireland, Italy, Kosovo, Latvia, Liechtenstein, Lithuania, Luxembourg, Macedonia, Malta, Monaco, Montenegro, Netherlands, Norway, Poland, Portugal, Romania, San Marino, Serbia, Slovakia, Slovenia, Spain, Sweden, Switzerland, Turkey, United Kingdom
Dynamic

Temporal coverage

2004-2013

Actions de document
Agence européenne pour l'environnement (AEE)
Kongens Nytorv 6
1050 Copenhague K
Danemark.
Téléphone: +45 3336 7100