Les Pressions

Document Dernière modification 19/04/2016 19:30

LES PRESSIONS

12. POPULATION, PRODUCTION ET CONSOMMATION

Cette partie étudie les agents et moyens responsables des modifications de l'environnement de l'Europe, en mettant l'accent sur les pressions induites par les activités humaines.

Ce chapitre examine les relations complexes et encore mal comprises qui existent entre les hommes, les ressources et le développement, dans le but de clarifier les problèmes qui se posent. Dans la dernière partie, il souligne l'importance de l'évaluation des conséquences environnementales des programmes économiques et de développement à long terme.

les Européens représentent 12,8% de la population mondiale, pourcentage en diminution en raison de la baisse des taux de natalité dans la plupart des pays européens

les niveaux de vie en données corrigées varient selon un facteur d'un à quatre entre l'Europe de l'Est et l'Europe occidentale

la plupart des pays d'Europe centrale et orientale ont besoin d'importer des denrées alimentaires - les pays d'Europe occidentale sont de gros importateurs d'aliments pour bétail


    Charbon Pétrole Gaz Nucléaire Hydroélectricité Autres
Monde 1970 31.7 46.8 18.8 0.9 1.7 ­
1990 28.5 40.5 22.2 6.3 2.5 ­
Europe accidentale 1970 27.6 60.3 6.3 1.2 3.0 1.6
1990 19.3 44.0 16.6 14.4 3.0 2.7
Europe orientale 1970 60.1 23.3 13.1 ­ 1.0 2.4
1990 48.4 24.2 20.1 4.5 1.1 1.6
ex-Union soviétique 1970 36.8 34.8 22.3 0.2 1.6 4.3
1990 21.0 30.0 42.0 4.0 1.6 1.3

Consommation mondiale et européenne d'énergie primaire, 1970-90 (en tonnes d'équivalent pétrole, %)

13. EXPLOITATION DES RESSOURCES NATURELLES

Ce chapitre examine les différences entre les ressources renouvelables (eau, forêts et cultures) et les ressources non renouvelables (combustibles fossiles et minerais). La gestion durable de ces ressources est devenue un problème mondial en raison du commerce international et de l'interdépendance croissante des pays. Ce chapitre se concentre sur les principales évolutions dans l'utilisation des ressources en Europe et présente les statistiques utilisées pour contrôler l'utilisation de ces ressources.

l'Europe dispose de 8% des ressources mondiales en eau douce, mais ses prélèvements représentent 15% de la consommation totale

même si l'Europe (sans l'ex-URSS) possédait en 1990 1,9 million d'hectares de forêts et de zones boisées de plus qu'en 1981, la pollution atmosphérique et l'exploitation sylvicole incontrôlée (notamment en Russie) sont à l'origine de la dégradation et de la disparition de fôrets

l'Europe a épuisé la plupart de ses réserves de minerais à haute teneur; elle dépend désormais largement d'importations, principalement en provenance d'Afrique.


14. ÉMISSIONS

Ce chapitre traite des émissions dans l'air et dans l'eau en Europe, avec leurs caractéristiques physicochimiques, leur ampleur, leur cheminement et leurs puits. Cet aperçu des émissions atmosphériques des principaux polluants dans les pays européens se base sur des données communiquées à la CEE-NU et, quand elles existent, sur des données du programme CORINAIR 1990. L'analyse de la pollution de l'eau par les émissions est basée sur les rares informations quantitatives disponibles, et s'attache particulièrement aux émissions provenant de l'agriculture et des eaux usées. Quelques exemples illustrent le fait que l'industrie constitue une source d'émissions touchant l'environnement aquatique. Les inventaires des émissions existants dans les pays européens sont examinés. Ils soulignent la nécessité de mettre en place un système intégré de collecte des données sur les émissions et les rejets de déchets dans tous les milieux, et d'harmoniser les méthodologies utilisées pour établir ces inventaires à l'échelle européenne.

l'Europe est responsable de 20% à 30% des émissions de CO2, de SO2, de COV et d'oxydes azotés résultant des activités humaines

dans les zones à forte densité de population, environ la moitié du phosphore rejeté dans les eaux de surface provient des égouts.


Tendances en matière d'émissions de dioxyde de soufre
 


15. DÉCHETS

Ce chapitre analyse les tendances actuelles de la production de déchets en Europe, et évalue les menaces potentielles pour la santé humaine et l'environnement découlant des pratiques actuelles de gestion des déchets. Il examine les structures actuelles des mouvements transfrontaliers de déchets dangereux entre les pays d'Europe. Il présente les options existantes pour réduire les déchets et recycler les matériaux par des procédés intégrés pour diverses catégories de déchets. L'évaluation est basée sur des informations récentes extraites d'une étude réalisée conjointement par l'OCDE et Eurostat, et sur des rapports concernant l'état de l'environnement. La quantité limitée de statistiques existant sur les déchets, leur piètre qualité et la difficulté de les comparer soulignent l'importance d'une harmonisation des systèmes de classification des déchets à l'échelle européenne.

Composition des déchets urbains en 1990
 

les Européens produisent en moyenne 350 kg de déchets municipaux par habitant et par an

un nombre croissant de déchets industriels sont considérés comme dangereux

des taux de production élevés limitent les efforts de réduction et de recyclage des déchets

en Europe, les décharges couvrent entre 1200 et 1700 km², et l'on y compte 2000 km² de friches industrielles


16. BRUIT ET RADIATIONS

Ce chapitre examine les principaux impacts des "agents physiques" en Europe - bruits environnementaux et rayonnements ionisants et non ionisants - et les met en rapport avec les sources principales. Les données sur les émissions sonores fournies par des sources internationales (OCDE et OMS) sont présentées et analysées dans la mesure du possible, afin de donner un aperçu de la situation globale en Europe et dans chaque pays. Les rayonnements non ionisants concernent les champs électromagnétiques et les rayonnements ultraviolets. Ce chapitre décrit les sources et effets principaux des rayonnements ionisants - naturels et artificiels - en Europe.

dans les pays d'Europe très industrialisés, plus de 50% de la population est exposée à des niveaux sonores dus à la circulation qui dépassent le seuil à partir duquel une gêne considérable est ressentie pendant la journée

environ 113 millions d'Européens, soit 17% de la population, sont exposés à des niveaux sonores entraînant de graves effets négatifs

la surexposition aux rayonnements ultraviolets résulte jusqu'à présent principalement du mode de vie; il semble qu'il y ait une augmentation de 5% des rayonnements UV-B en hiver dans l'hémisphère nord

on estime que le radon provoque 10 000 décès par cancer en Europe chaque année


17. PRODUITS CHIMIQUES ET ORGANISMES GÉNÉTIQUEMENT MODIFIÉS

La fabrication, la commercialisation et l'utilisation de produits chimiques provoquent la dissémination de nombreux composés dans l'environnement, avec souvent des effets indésirables sur la santé humaine, le bien-être et les écosystèmes. Ce chapitre traite des sources de ces composés, et des effets de certains produits chimiques.
L'utilisation d'organismes génétiquement modifiés dans les pays de l'UE est également étudiée, sous l'angle de leurs effets indésirables potentiels et des procédures mises en oeuvre pour contrôler la sécurité de leur utilisation.

 
Disséminations dans l'environnement d'organismes génétiquement modifiés notifiées dans l'UE entre 1991 et 1994

environ 100 000 produits chimiques sont commercialisés dans l'UE et 200 à 300 nouveaux produits apparaissent chaque année

entre 1991 et 1994, on a enregistré dans l'UE près de 300 notifications de dissémination volontaire d'organismes génétiquement modifiés dans l'environnement


18. RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES

Ce chapitre examine les caractéristiques et l'importance des accidents et des risques naturels en tant que causes de pollution. Leurs causes et conséquences en Europe sont résumées et les divers types de dommages pouvant en résulter sont identifiés. Ce chapitre présente plusieurs exemples d'accidents industriels, notamment Flixborough et Seveso, d'accidents de transport, marins ou nucléaires (comme Tchernobyl). Les risques naturels tels que les tempêtes et les inondations, les canicules, les incendies et les sécheresses ont également des répercussions sur l'environnement et peuvent être accentués par les activités humaines.

Contamination par le césium autour de Tchernobyl après l'accident


un système de suivi des accidents industriels majeurs a permis de constater que la plupart des accidents se produisent dans l'industrie pétrolière, et que les substances jouant le rôle le plus important sont le plus souvent les gaz très inflammables et le chlore

les accidents impliquant des pétroliers ne sont responsables que de 10 à 15 % de tous les déversements de pétrole dans la mer dus à l'activité humaine

il est probable qu'on n'aura jamais une connaissance précise de toutes les conséquences de l'accident nucléaire de Tchernobyl; des effets inattendus ont cependant déjà été constatés

les risques naturels touchent de plus en plus gravement les zones habitées par l'homme, sans doute en raison de la multiplication de ces zones et de leur plus grande vulnérabilité du fait de leur expansion anarchique dans des zones à haut risque


   
 
Actions de document
Agence européenne pour l'environnement (AEE)
Kongens Nytorv 6
1050 Copenhague K
Danemark.
Téléphone: +45 3336 7100