Agriculture: introduction

Changer la langue
Document Dernière modification 14/05/2019
6 min read
The agricultural sector is one of the main land users in Europe and thus shapes landscapes in rural areas. It has various direct and indirect impacts on the environment and is itself dependent on natural resources.

_DGP5161_2.jpg

More photos

Les terres agricoles jouent un rôle important dans les schémas d'occupation des sols sur l’ensemble de l’UE. Les pâturages et les terres cultivées représentent ensemble 39 % de la couverture terrestre de l’Europe (AEE, 2017a). Le secteur agricole est l’un des principaux consommateurs de ressources naturelles et entretient une relation complexe avec l’environnement (OCDE, 2017). Les performances et les incidences du secteur agricole de l’UE peuvent s’exprimer ainsi :

  • En 2015, environ 94 % des émissions d'ammoniac en Europe provenaient de l'agriculture, principalement d'activités telles que l’entreposage de fumier, l'épandage de lisier et l'utilisation d’engrais inorganiques azotés.
  • Les tourbières drainées pour l’agriculture dégagent des émissions de CO2 s'élevant à 100,5 Mt par an, contre 67,6 Mt pour les forêts. Avec un total de 173 Mt d'émissions de CO2 provenant de sols drainés, l’UE est le deuxième «point chaud» en termes d’émissions de CO2 issu des tourbières (après l’Indonésie) (Berge et al., 2017).
  • Du fait de l’irrigation, l’agriculture exerce une pression majeure sur les ressources en eau renouvelables. Selon les saisons, le secteur agricole consomme plus de 50 % de l’eau utilisée en Europe.
  • Les nitrates présents dans les eaux de surface et les eaux souterraines proviennent pour l’essentiel de l’agriculture. Les concentrations en nitrates demeurent encore trop élevées dans plusieurs régions d’Europe, souvent celles qui pratiquent une agriculture intensive.
  • Environ 9 % des terres agricoles sont des sites Natura 2000 (réseau de zones naturelles protégées à l’échelle de l’UE).
  • L'agriculture fournit 25 millions de tonnes d'équivalent pétrole (12,3 %) pour la production d'énergie renouvelable (2015), soit une hausse de 15 % entre 2013 et 2015 (DG AGRI, 2017).
  • L'agriculture fait partie intégrante des systèmes alimentaires et la gamme d'aliments produits dans l’UE est diverse.
  • L’UE est largement auto-suffisante en ce qui concerne la plupart des produits agricoles primaires. Elle est aussi, à elle seule, le plus grand exportateur de produits agroalimentaires, y compris d’aliments transformés (CE, 2016a).

 

En Europe, l’agriculture est confrontée à deux grands défis: le changement climatique (AEE, 2017c) et l’artificialisation des sols, c’est-à-dire la transformation des terres en habitats et infrastructures, par exemple (AEE, 2017a). Le changement climatique requiert une adaptation des cultures et il est la cause de phénomènes météorologiques extrêmes (pour plus d'informations sur l'adaptation au climat, voir les travaux de l’AEE dans ce domaine ou la plateforme Climate-ADAPT). Le changement climatique exige donc une gestion des risques approfondie. L'artificialisation des sols entraîne par ailleurs une diminution des terres agricoles dans de nombreuses régions.

Les principales tendances

Même si l’évolution du secteur agricole dépend de nombreux paramètres et varie selon les régions, plusieurs grandes tendances peuvent être observées au niveau européen. La proportion de terres purement dédiées à l'agriculture se rétrécit et le secteur est affecté par l'artificialisation des sols, c’est-à-dire la transformation des sols en terres artificielles. Indépendamment de cette tendance, le nombre d’exploitations agricoles diminue et la taille moyenne des exploitations augmente.

Trois paramètres — artificialisation des sols, agriculture intensive et agriculture extensive — conduisent à la perte de terres agricoles à haute valeur naturelle et au déclin des populations d’oiseaux vivant sur ces territoires.

Depuis quelques années, le secteur agricole est de plus en plus touché par des phénomènes météorologiques extrêmes. La grêle, les pluies abondantes, les inondations et les sécheresses, provoquées par le changement climatique, ont entraîné une baisse des rendements (AEE, 2017c).

Le contexte politique

Le développement du secteur agricole est fortement influencé par la politique agricole commune de l’UE (PAC) (voir Köster, 2010). Depuis ses tout débuts au milieu du XXe siècle, la politique agricole de l’UE revêt une forte dimension économique. Toutefois, au cours des 50 dernières années, le type de subventions a évolué et la PAC est passée d’une politique axée principalement sur le secteur agricole à une politique plus globale de développement rural, avec des mesures structurelles et agro-environnementales. La PAC repose actuellement sur deux piliers principaux: le premier pilier couvre les paiements effectués directement aux agriculteurs ainsi que les interventions sur les marchés; le deuxième pilier porte sur des programmes de développement rural.

Entre 2010 et 2014, les subventions de l’UE représentaient en moyenne plus de 35 % des revenus des facteurs agricoles[1] et 28 % des paiements effectués directement aux agriculteurs. Les chiffres enregistrés allaient de plus de 90 % (total des subventions) et environ 45 % ( paiements directs) pour la Slovaquie à respectivement environ 15 % et 12 % pour les Pays-Bas (EPRS, 2017). La proposition législative de la Commission européenne relative à la PAC après 2020 a été publiée en juin 2018. Elle vise une politique davantage orientée sur les performances en ce qui concerne la contribution aux objectifs et aux ambitions fixés en matière d’environnement et d'action pour le climat.

La production agricole est également définie par d'autres politiques de l’UE et politiques internationales. La directive nitrates et la directive-cadre sur l’eau, par exemple, sont déjà prises en compte dans l’architecture de la PAC. Les politiques relatives à l’énergie et au climat sont aussi à l’origine de l'augmentation de la production de cultures énergétiques au cours des dix dernières années (OCDE/FAO, 2017).

Par ailleurs, le secteur agricole contribue dans une large mesure aux objectifs de la Stratégie de l’UE en matière de biodiversité et aux Objectifs de développement durable des Nations Unies (ODD).

Les activités de l’AEE

L’AEE travaille avec d'autres organisations de l’UE, notamment pour l’élaboration d’indicateurs agro-environnementaux communs. Les données de l’AEE sont utilisées dans le cadre du suivi et de l’évaluation de la PAC, par exemple comme données d’entrée pour établir certains indicateurs appelés indicateurs de contexte. Du fait de sa participation au Service  de surveillance terrestre Copernicus, l’AEE étudie les possibilités d’utiliser de plus en plus les données de Copernicus pour les évaluations agro-environnementales. L’AEE s’efforce aussi de répondre aux besoins du secteur agricole en matière de données et de produits d'observation de la Terre, par exemple pour l’application de technologies d'agriculture de précision.

Outre son étroite collaboration avec les autres organisations de l’UE, l’AEE travaille avec les centres nationaux de référence dans le domaine de l’environnement et de l'agriculture. Ces centres font partie intégrante du réseau européen d’information et d’observation pour l’environnement (Eionet), auquel participent les 39 pays de l’AEE. Des synergies sont en place avec les travaux engagés par d'autres organisations internationales comme l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE) et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). L’AEE collabore aussi avec la communauté scientifique et avec des groupes d’experts, par exemple avec les équipes de projets bénéficiants du programme Horizon2020.

 

Publications récentes

Le rapport de l’AEE intitulé «Food in a green light», publié récemment, présente la production et la consommation alimentaires sous l’angle d’un système alimentaire.

 

Footnote

[1]Le revenu des facteurs agricoles mesure la rémunération de tous les facteurs de production (terre, capital et main-d'œuvre), qu’ils soient la propriété de l’exploitation ou non. Ce revenu représente l'ensemble de la valeur générée par une exploitation agricole engagée dans une activité de production et se définit par la valeur de la production moins les coûts variables, les amortissements et les taxes sur la production, plus les subventions versées sur la production. (DG AGRI, 2017)

Contenu connexe

Actualités et articles

Contenu associé

Graphiques de données associées

Indicateurs connexes

Use of freshwater resources Use of freshwater resources Despite renewable water is abundant in Europe, signals from long-term climate and hydrological assessments, including on population dynamics, indicate that there was 24% decrease in renewable water resources per capita across Europe between 1960 and 2010, particularly in southern Europe. The densely populated river basinsin different parts of Europe, which correspond to 11 % of the total area of Europe, continue to be hotspots for water stress conditions, and, in the summer of 2014, there were 86 million inhabitants in these areas. Around 40 % of the inhabitants in the Mediterranean region lived under water stress conditions in the summer of 2014. Groundwater resources and rivers continue to be affected by overexploitation in many parts of Europe, especially in the western and eastern European basins. A positive development is that water abstraction decreased by around 7 % between 2002 and 2014. Agriculture is still the main pressure on renewable water resources. In the spring of 2014, this sector used 66 % of the total water used in Europe. Around 80 % of total water abstraction for agriculture occurred in the Mediterranean region.  The total irrigated area in southern Europe increased by 12 % between 2002 and 2014, but the total harvested agricultural production decreased by 36 % in the same period in this region. On average, water supply for households per capita is around 102 L/person per day in Europe, which means that there is 'no water stress'. However, water scarcity conditions created by population growth and urbanisation, including tourism, have particularly affected small Mediterranean islands and highly populated areas in recent years. Because of the huge volumes of water abstracted for hydropower and cooling, the hydromorphology and natural hydrological regimes of rivers and lakes continue to be altered. The targets set in the water scarcity roadmap, as well as the key objectives of the Seventh Environment Action Programme in the context of water quantity, were not achieved in Europe for the years 2002–2014.

Publications connexes

Voir aussi

Geographic coverage

Actions de document
Abonnements
Inscrivez-vous pour recevoir nos rapports (imprimés et/ou électroniques) et nos bulletins trimestriels.
Suivez-nous