suivant
précédent
éléments

Actualités

Tendances et projections: rebond limité des émissions de l’UE dans un contexte de reprise post-pandémie et de crise énergétique

Changer la langue
Actualités Publié 10/11/2022 Dernière modification 24/11/2022
6 min read
Selon le dernier rapport «Trends and Projections» publié aujourd’hui par l’Agence européenne pour l’environnement (AEE), les émissions de gaz à effet de serre et la consommation d’énergie ont augmenté en 2021, principalement en raison de la reprise post-pandémie observée en Europe. La plupart des États membres de l’UE ont réussi à atteindre les objectifs 2020 de l’UE en matière de climat et d’énergie et visent désormais la neutralité climatique alors qu’ils font actuellement face à une crise de l’approvisionnement énergétique. Pour atteindre les objectifs climatiques et énergétiques plus ambitieux fixés à l’horizon 2030, il faudra plus que doubler le rythme des progrès annuels réalisés en matière de déploiement des énergies renouvelables, de réduction de la consommation d’énergie et d’émissions de gaz à effet de serre.

Il est essentiel de réaliser des économies d’énergie et de renforcer les sources d’énergie renouvelables non seulement pour faire face à la crise énergétique actuelle, mais aussi pour parvenir à la neutralité climatique.

Hans Bruyninckx, directeur exécutif de l’AEE

 

Selon les données communiquées pour le rapport de l’AEE intitulé «Trends and Projections in Europe 2022», après une longue période de baisse des émissions de gaz à effet de serre en Europe, la reprise économique observée après la période de confinements liés à la COVID-19 a conduit à une hausse des émissions, particulièrement dans les secteurs des transports, de l’industrie et de l’approvisionnement énergétique. Face à la menace d’une crise énergétique et d’un prix élevé du gaz, le secteur de l’approvisionnement énergétique a connu un passage partiel à des carburants à plus forte intensité de carbone, tandis que la forte croissance des énergies renouvelables observée ces dernières années s’est ralentie en 2021. Pour inverser cette évolution, il est essentiel que les décisions prises aujourd’hui en matière d’infrastructures énergétiques tiennent compte de l’objectif de neutralité climatique à atteindre demain, de façon à éviter les effets de dépendance à l’égard du carbone.

«Des mesures cruciales devront être prises dans les mois et les années à venir pour faire en sorte que les États membres de l’UE puissent mettre en place des plans ambitieux de réduction des émissions permettant d’atteindre les objectifs climatiques de l’UE. S’il est nécessaire de prendre cet hiver des mesures à court terme visant à stimuler l’approvisionnement énergétique, ces investissements ne doivent pas ancrer l’Europe pour de nombreuses années dans une dépendance à l’égard des combustibles fossiles. Il est essentiel de réaliser des économies d’énergie et de renforcer les sources d’énergie renouvelables non seulement pour faire face à la crise énergétique actuelle, mais aussi pour parvenir à la neutralité climatique», a déclaré Hans Bruyninckx, directeur exécutif de l’AEE.

Rebond des émissions; hausse de la consommation d’énergie

Selon les données préliminaires communiquées par les États membres de l’UE, les émissions de gaz à effet de serre ont augmenté de 5% en 2021 par rapport à 2020, y compris dans le secteur de l’aviation international. Toutefois, elles restent bien inférieures au niveau atteint en 2019 avant l’apparition de la COVID.

Selon les estimations, la consommation énergétique a augmenté en 2021 par rapport à 2020, tant pour la consommation d’énergie primaire (+6%) que pour la consommation d’énergie finale (+5%). La consommation d’énergie primaire mesure la demande d’énergie, tandis que la consommation d’énergie finale correspond à l’énergie réellement utilisée par les utilisateurs finaux. Cet accroissement de la consommation d’énergie peut en grande partie être attribué à la reprise économique. Si, en 2021, l’effet de la hausse des prix de l’énergie sur les chiffres annuels de la consommation n’était pas encore visible, on peut supposer qu’il le sera davantage en 2022.

Les données préliminaires indiquent que la part totale des sources d’énergie renouvelables en Europe correspondait encore à 22% de la consommation d’énergie en 2021, ce qui marque une pause par rapport à la forte croissance enregistrée en la matière ces dernières années. Ce ralentissement peut s’expliquer par les contributions moins importantes de l’énergie éolienne et de l’énergie hydraulique en 2021, ainsi que par les rebonds constatés en matière de consommation d’énergie.

L’année à venir sera critique pour progresser sur la voie des objectifs à atteindre à l’horizon 2030

Dans les années à venir, il faudra réussir à maintenir année après année des niveaux substantiels de réduction des émissions pour parvenir à la neutralité climatique à long terme. Dans le cadre de la loi européenne sur le climat, l’objectif de réduction 2030 a été porté à une réduction d’au moins 55% des émissions nettes de gaz à effet de serre d’ici à 2030, par rapport aux niveaux de 1990. À l’heure actuelle, le Parlement européen et les États membres négocient le paquet global «Ajustement à l’objectif 55», en tenant également compte de la proposition de plan RePowerEU de 2022.

Pour atteindre l’objectif de 55% d’émissions nettes de gaz à effet de serre d’ici à 2030, il faudrait diminuer les émissions de dioxyde de carbone (MtCO2 eq) d’en moyenne 134 millions de tonnes par an, par rapport aux niveaux estimés de 2021. Cela représente plus du double de la réduction annuelle moyenne réalisée entre 1990 et 2020. Tous les secteurs doivent intensifier leurs efforts pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. En outre, il faut accroître l’élimination du CO2 par l’utilisation des terres, le changement d’affectation des terres et la foresterie et ainsi inverser la tendance actuelle de réduction du puits de carbone dans l’UE.

Dans le même temps, il faudrait diminuer considérablement la consommation d’énergie ces prochaines années – pour atteindre l’objectif nouvellement proposé à l’horizon 2030 dans le cadre de REPowerEU, les économies d’énergie à réaliser chaque année au cours de la période 2022-2030 devront être multipliées par plus de deux. Il en va de même pour les énergies renouvelables: depuis 2005, la part des énergies renouvelables dans la consommation finale brute d’énergie de l’Europe a augmenté chaque année en moyenne de 0,8 point de pourcentage. Il faudrait passer à 2,5 points de pourcentage par an d’ici à 2030 pour parvenir à atteindre l’objectif plus ambitieux de 45% d’énergies renouvelables proposé dans le plan REPowerEU.

Au niveau des États membres, bien que des progrès substantiels aient déjà été accomplis, les politiques et mesures actuelles ne sont pas suffisantes pour atteindre les ambitieux nouveaux objectifs climatiques et énergétiques. D’ici la mi-2023, les États membres soumettront des projets de mise à jour de leurs plans nationaux en matière d’énergie et de climat. Ils pourront ensuite renforcer leurs mesures et élaborer, pour la période allant jusqu’en 2030, des plans qui reflètent les nouvelles ambitions de l’UE et l’objectif de neutralité climatique.

 

EEA’s climate and energy package:

Updated climate and energy indicators:

Permalinks

Geographic coverage

Temporal coverage