suivant
précédent
éléments

Article

Les nouveaux produits en plastique biodégradable, compostable et biosourcé qui commencent à être utilisés sont-ils réellement écologiques ?

Changer la langue
Article Publié 05/10/2020 Dernière modification 12/10/2020
6 min read
Photo: © John Cameron, Unsplash
Nous savons que les déchets plastiques et la pollution qu’ils engendrent constituent un problème majeur en matière d’environnement. Ces dernières années, de nouveaux produits en plastique, censés être meilleurs pour l’environnement d’après leurs fabricants, ont été introduits sur le marché. Une note d’information publiée récemment par l’Agence européenne pour l’environnement (AEE) évalue leurs qualités écologiques. Pour en savoir plus, nous nous sommes entretenus avec Almut Reichel, experte en matière de déchets et d’utilisation durable des ressources au sein de l’AEE.

La prévention et la réduction des déchets plastiques devraient en effet être la priorité, et nous devons redoubler d’efforts pour éviter la production de déchets plastiques, étant donné que la quantité de ces déchets continue d’augmenter. Pour de nombreux produits, les plastiques peuvent constituer une bonne solution. Toutefois, nous devons concevoir et utiliser ces matières plastiques dans le cadre d’une économie circulaire et veiller à ce qu’ils puissent être recyclés, et à ce qu’ils le soient bien plus qu’aujourd’hui.

Dans quelle mesure ces nouveaux produits en plastique biodégradable, compostable et biosourcé sont-ils écologiques ?

Tout d’abord, nous devons comprendre les différences entre les plastiques biodégradables et compostables biosourcés et d’origine fossile. Les plastiques biodégradables ou compostables peuvent être produits à partir de matières premières biosourcées ou d’origine fossile, et les plastiques biosourcés peuvent être conçus de manière à se composter ou se dégrader biologiquement, ou non.

La durabilité des matériaux biosourcés, tout comme celle des plastiques d’origine fossile, dépend des pratiques de production, de la durée de vie des produits et du traitement en fin de cycle. Les produits en plastique biodégradable et compostable peuvent, dans certains cas et pour certaines applications, contribuer à réduire la pollution de l’environnement par les plastiques. Toutefois, ils sont loin d’apporter une solution globale et autonome aux défis actuels de l’Europe en ce qui concerne les matières plastiques.

Quel est l’objectif de la nouvelle note d’information de l’AEE ? Pourquoi est-il si important de sensibiliser le public ?

Il y a beaucoup de confusion au sujet de ces produits en plastique, de ce qu’ils impliquent et de ce qu’ils peuvent offrir. Il est très important que les gens connaissent et comprennent ces différences. Si les consommateurs pensent que les emballages étiquetés comme étant « biosourcés » peuvent être compostés et jetés dans la poubelle de biodéchets, ces usagers pourraient en réalité accroître la pollution par les plastiques. Cette note d’information vise à sensibiliser les décideurs politiques et le public à ces pièges et à la nécessité de communiquer clairement sur ces différences, et la manière dont chaque type de matière plastique doit être correctement éliminé.

Toute revendication de compostabilité ou de biodégradabilité doit être précise et clairement liée aux conditions dans lesquelles s’appliquent les propriétés. Par exemple, les produits en plastique compostable industriellement sont conçus pour se biodégrader dans des conditions spécifiques et contrôlées, dans des usines de compostage industriel. Ils ne se compostent pas nécessairement (totalement) dans les composteurs domestiques, qui n’atteignent généralement que des températures plus basses et où les conditions telles que l’humidité et la présence de micro-organismes sont très variables.

Quels sont les principaux défis et opportunités liés à ces nouveaux produits en plastique ?

Il est important de savoir pour quels produits il convient d’utiliser des plastiques biodégradables ou compostables et dans quels cas ceux-ci pourraient causer plus de nuisances que de bienfaits. Par exemple, il semble que l’utilisation de sacs en plastique compostable pour la collecte des déchets alimentaires dans les foyers augmente le taux de récupération des déchets alimentaires, parce que les consommateurs les trouvent pratiques. Par conséquent, certaines municipalités et certains opérateurs de collecte de déchets recommandent ou exigent l’utilisation de sacs en plastique compostables certifiés pour la collecte des biodéchets, tandis que d’autres ne les acceptent pas. Cela dépend beaucoup des choix qui ont été effectués lors de la conception et de la construction des infrastructures de traitement des biodéchets dans chaque pays.

D’autre part, dans une économie circulaire, tous les plastiques devraient être, dans un premier temps, recyclés sous la forme de plastiques neufs. Or, lorsqu’un produit plastique compostable ou biodégradable est composté, il n’est pas possible de le recycler en plastiques neufs, et toute l’énergie utilisée pour le produire est perdue.

Si l’on considère à quel point ces nouveaux produits en plastique peuvent être source de confusion quant à leur élimination, n’est-il pas préférable d’empêcher l’utilisation de plastiques ?

La prévention et la réduction des déchets plastiques devraient en effet être la priorité, et nous devons redoubler d’efforts pour éviter la production de déchets plastiques, étant donné que la quantité de ces déchets continue d’augmenter. Pour de nombreux produits, les plastiques peuvent constituer une bonne solution. Toutefois, nous devons concevoir et utiliser ces plastiques dans le cadre d’une économie circulaire et veiller à ce qu’ils puissent être recyclés, et le soient bien plus qu’aujourd’hui.

Que fait l’Union européenne pour résoudre le problème des plastiques ? Qu’en est-il de ces nouveaux produits en plastique ?

La Commission européenne a publié la Stratégie européenne sur les matières plastiques dans une économie circulaire en 2018. Cette stratégie engage l’UE à réduire les déchets plastiques, à veiller à ce que les produits en plastique soient conçus de manière à pouvoir être recyclés et à investir dans le recyclage des plastiques ainsi que dans d’autres mesures. En outre, la directive de 2019 sur les plastiques à usage unique limite l’entrée de certains produits en plastique à usage unique sur le marché de l’UE et exige une réduction de la consommation d’un certain nombre d’autres produits. Ces exigences s’appliquent également aux produits en plastique, biodégradable et compostable biosourcé.

En ce qui concerne les plastiques dotés de propriétés biodégradables, le plan d’action 2020 de l’UE pour l’économie circulaire envisage de créer un cadre d’action clair, comprenant des règles harmonisées pour la définition et l’étiquetage des plastiques compostables et biodégradables, et de déterminer les applications dans lesquelles l’usage de ces plastiques présente des avantages pour l’environnement. Nous devons maintenant veiller à ce que ces politiques soient correctement mises en œuvre dans toute l’Europe.

Quelle est l’action de l’Agence européenne pour l’environnement dans le domaine des déchets plastiques et de la prévention ?

Les matières plastiques sont l’une des principales chaînes de valeur recensées dans le plan d’action 2020 de l’UE pour l’économie circulaire ; il s’agit donc d’un domaine de travail important pour nous. Nous analysons les matières plastiques sous différents angles. Outre notre note d’information publiée récemment, nous avons, par exemple, examiné les politiques de prévention des déchets plastiques et analysé le commerce des déchets plastiques en Europe. En outre, avant la fin de l’année, nous prévoyons de publier une analyse sur les plastiques dans l’économie circulaire en Europe, les plastiques dans les textiles et les émissions de gaz à effet de serre provenant des plastiques.

Almut Reichel

Experte de l’AEE dans le domaine des déchets et de l’utilisation durable des ressources

Entretien publié dans le numéro de septembre de la lettre d’information de l’AEE, n° 03/20.

Permalinks

Geographic coverage

Temporal coverage

Actions de document