Outils personnels

Notifications
Recevez des notifications relatives aux nouveaux rapports et produits. Fréquence: 3-4 emails par mois
Abonnements
Inscrivez-vous pour recevoir nos rapports (imprimés et/ou électroniques) et nos bulletins trimestriels.
Suivez-nous
 Icône Twitter Twitter
Icône Facebook Facebook
Icône Youtube Cannal YouTube
Logo RSS Flux RSS
Plus

Write to us Write to us

For the public:


For media and journalists:

Contact EEA staff
Contact the web team
FAQ

Call us Call us

Reception:

Phone: (+45) 33 36 71 00
Fax: (+45) 33 36 71 99


suivant
précédent
éléments

Passer au contenu | Passer à la navigation

Sound and independent information
on the environment

Vous êtes ici : Accueil / Thèmes / Côtes et mers / Côtes et mers

Côtes et mers

Changer la langue
Les activités humaines entraînent des changements environnementaux sans précédent pour les écosystèmes côtiers et marins. Les pressions infligées par la pêche, les pollutions terrestres et marines, l'urbanisation, la perte et la dégradation d'habitats importants ainsi que les invasions par des espèces non indigènes ne cessent d'augmenter dans le monde. Il est probable que tous ces effets seront amplifiés par le changement climatique.

L'Europe est entourée de quatre bassins maritimes: les mers Méditerranée, Noire et Baltique et l'océan Atlantique Nord, qui comprend également la mer du Nord. L'Europe mène également de nombreuses activités maritimes dans l'Arctique.

Les activités humaines sont souvent concentrées dans les régions côtières les moins à même de les assimiler et où leurs effets négatifs sont les plus visibles. Les principales menaces pour les zones côtières européennes sont la pollution de l'eau et l'eutrophisation, la perte de biodiversité, le développement urbain, la détérioration du paysage et l'érosion côtière.

Mers et côtes d'Europe: Faits intéressants

  • La zone maritime placée sous la juridiction des États membres de l'UE est plus grande que la région continentale totale de l'UE.
  • Le littoral de l'UE s'étend sur 68 000 km, soit plus de trois fois plus long que celui des États-Unis et près de deux fois plus long que celui de la Russie. Si l'on inclut l'Islande, la Norvège et la Turquie (pays membres de l'AEE), le littoral atteint 185 000 km.
  • Près de la moitié de la population de l'UE vit à moins de 50 km de la mer; la majorité est concentrée dans des zones urbaines le long des côtes. En 2001, 70 millions de personnes, soit 14 % de la population totale de l'UE, vivaient dans un rayon de 500 mètres de la côte.
  • La mer est la destination de vacances préférée des Européens : 63 % des européens choisissent d'aller en vacances au bord de la mer. Par exemple, on estime entre 8 et 10 millions le nombre de personnes s'adonnaent à la pêche comme sport ou loisir. Cela représente un secteur économique européen de 8 à 10 milliards d'euros par an.
  • Les biens économiques situés dans un rayon de 500 mètres de la mer ont une valeur estimée entre 500 et 1 000 milliards d'euros.
  • Les dépenses publiques européennes consacrées à la protection du littoral contre les risques d'érosion et d'inondation devraient atteindre 5,4 milliards d'euros par an entre 1990 et 2020.

 

[CE, 2006: Secteur maritime - Faits et chiffres (consulté le 27 septembre 2010)]

À propos des côtes et des mers

Regional sea characteristics

Caractéristiques des mers régionales

Les mers d'Europe comprennent la mer Baltique, la mer Noire, la partie nord-est de l’océan Atlantique et la mer Méditerranée. La partie nord-est de l’océan Atlantique comprend la mer du Nord, l'Arctique, la mer de Barents, les mers d'Irlande et Celtique, le golfe de Gascogne et la côte ibérique.

La mer Baltique est semi-fermée et a une faible salinité en raison des échanges restreints avec l'Atlantique Nord-est et d'importants apports en eaux fluviales. Ces conditions rendent la mer particulièrement vulnérable à la pollution par les nutriments.

La mer Noire est également semi-fermée. Il s'agit du plus grand bassin intérieur au monde et a des échanges limités avec la Méditerranée. Ses eaux sont anoxiques à des profondeurs en-deçà de 150 à 200 mètres. La salinité des eaux de surface de la mer Noire se trouve dans une gamme intermédiaire. On pense que la majeure partie de la mer Noire abrite des réserves de pétrole et de gaz, et leur exploration est en cours.

La mer Méditerranée est aussi semi-fermée et a une salinité importante en raison des taux élevés d'évaporation et de faibles apports en eaux fluviales. Ses échanges d'eau avec l'Atlantique et la mer Noire sont restreints. C'est la mer européenne la plus diversifiée du point de vue biologique.

L'Atlantique Nord-est couvre un large éventail de mers et de gradients climatiques. Il s'agit d'une zone hautement productive hébergeant les régions de pêche les plus riches d'Europe ainsi que de nombreux habitats et écosystèmes uniques. Elle abrite également les réserves de pétrole et de gaz les plus importantes d'Europe.

La côte est définie comme étant la zone où la mer et la terre se rejoignent. Sur les 24 pays côtiers de l'AEE, on compte 560 000 km2 de zones côtières. Cela correspond à 13 % de leur masse continentale totale (données: CORINE Land Cover 2000).

Les eaux profondes et les fonds marins forment un système complexe et étendu relié au reste de la planète par des échanges de matière, d'énergie et de biodiversité. Le fonctionnement des écosystèmes des eaux profondes est essentiel aux cycles biogéochimiques mondiaux dont dépendent la plupart des formes de vie terrestre et les civilisations humaines. On les trouve dans les eaux européennes et internationales de l'Atlantique et de l'océan Arctique. Les eaux profondes sont généralement définies comme se trouvant à des profondeurs de plus de 400 mètres.

On observe une dégradation des écosystèmes marins et côtiers dans les mers Baltique, Noire, Méditerranée et l'Atlantique Nord-est, ainsi que dans l'Arctique. Les activités affectant l'environnement sont une conséquence de nos besoins humains immédiats, mais elles ont des répercussions parfois irréversibles, sur des espèces et habitats qui ont évolué sur des milliers, voire des millions d'années.

Ces activités sont associées aux hautes densités démographiques et à leur croissance le long des littoraux européens, à la pêche, à la pollution agricole, aux substances chimiques industrielles, au développement du tourisme, à la navigation, aux infrastructures nécessaires aux énergies renouvelables et aux activités maritimes.

Problèmes spécifiques:

  • Malgré les grandes améliorations apportées au traitement des eaux usées, une pollution importante par les nutriments provenant de l'agriculture reste un problème majeur dans l'environnement côtier et marin; elle accélère la croissance des phytoplanctons et peut mener à un appauvrissement généralisé en oxygène.
  • Les concentrations de certains métaux lourds et des polluants organiques persistants dans le biote marin excèdent les limites alimentaires en divers endroits de toutes les mers européennes. Les marées noires accidentelles ont diminué, mais les déversements de pétrole résultant d'activités régulières telles que le transport et les raffineries sont encore importants. Ces substances s'accumulent dans la chaîne alimentaire.
  • Les espèces invasives se répandent par le biais de la navigation et de l'aquaculture. Cette dispersion peut avoir des conséquences dévastatrices pour les écosystèmes et la société. On estime la perte économique annuelle résultant des espèces invasives aquatiques à plus de 100 milliards de dollars dans le monde.
  • Les mers européennes sont soumises à des pratiques de pêche non durables, ce qui constitue un grand danger pour la viabilité des stocks de poissons européens. Les pratiques destructrices de pêche, telles que le chalutage par le fond, se poursuivent. Les poissons, les oiseaux, les mammifères et les tortues sont capturées de manière accidentelle et les habitats et écosystèmes marins sont endommagés par les équipements marins. La pêche peut modifier l'écosystème marin.
  • La protection des espèces et habitats marins et côtiers s'est améliorée grâce à la désignation de sites côtiers et marins dans le cadre de la directive Natura 2000, toutefois ce processus a été long et difficile. L’état de certains habitats côtiers et marins reste non évalué et 22 % des mammifères marins sont menacés d'extinction.
  • Le tourisme, responsable du développement urbain le long de la côte méditerranéenne, est également aujourd'hui un moteur du développement de la côte de la mer Noire.
  • Le changement climatique entraîne la hausse des températures de surface et l'élévation du niveau de la mer. La répartition géographique et saisonnière des espèces marines et côtières se modifie en réponse à ces changements; la gestion de la pêche et des habitats naturels devra de plus en plus s'adapter à ces changements de manière à assurer la durabilité de l'environnement. Le pH de l'océan continuera de diminuer en raison des concentrations accrues de CO2 dans l'atmosphère; les récifs de corail des territoires d'outre-mer d'Europe - centres de biodiversité -  sont menacés par la hausse des températures et l'acidification.

Les politiques européennes

La résolution des problèmes environnementaux des côtes et mers d'Europe requiert une réponse politique englobant tous les domaines politiques relatifs à l'eau, la nature, la pollution, la pêche, le changement climatique et la gestion du territoire. Traditionnellement, ces derniers étaient considérés comme des domaines politiques distincts, mais grâce à l'adoption de la directive-cadre stratégie pour le milieu marin (DCSM) en 2008, une action globale est maintenant poursuivie. Cette approche favorise la gestion de l'écosystème dans son intégralité et fixe les objectifs à atteindre pour un environnement satisfaisant dans de nombreux domaines spécifiques. La DCSM est soutenue par la directive-cadre pour l'eau (DCE), qui réglemente l’état écologique des eaux côtières et transitionnelles en tenant compte de la pression exercée par les nutriments, les produits chimiques et les caractéristiques hydromorphologiques, ainsi que par les directives «habitats» et «oiseaux» qui définissent des objectifs de conservation pour certains habitats et espèces marins et côtiers.

La croissance des secteurs maritime, agricole et du tourisme devrait se poursuivre. Un des objectifs importants de la DCSM consistera à s'assurer de la durabilité de cette croissance d'un point de vue environnemental, par le biais de stratégies de gestion. Ces stratégies peuvent s'appuyer sur la mise en œuvre de principes de planification élaborés en accord avec la gestion intégrée des zones côtières (GIZC) et la planification de l'espace maritime (PEM).

Bien que la DCSM définisse un objectif environnemental concernant l’état des stocks de poissons, tous les aspects des pêcheries sont réglementés par la politique commune de la pêche (PCP). Une nouvelle réforme sera adoptée en 2012.

Liens connexes

  • La DCSM a pour objectif la préservation de la diversité biologique dans les eaux marines, dont les poissons, d'ici 2020. Elle devrait réduire les charges de polluants et leur impact sur l'environnement marin.
  • La GIZC recommande la définition de stratégies de développement pour l'obtention d'un développement côtier durable.
  • La PEM est un outil soutenant le développement de stratégies pour une utilisation durable de la mer en rassemblant ses différents acteurs.
  • La DCE vise à atteindre un «bon état écologiqu » ou une bonne écopotentialité des éléments biologiques et chimiques dans les estuaires et les côtes de l’UE d'ici 2015. Elle devrait réduire les charges de pollutants et les impacts de la pollution dans les estuaires et les côtes. Elle permettra également de réduire les pressions exercées par les changements hydromorphologiques.
Actions de document

Commentaires

Inscrivez-vous maintenant !
Recevez des notifications relatives aux nouveaux rapports et produits. Actuellement, nous avons 32882 abonnés. Fréquence: 3-4 e-mails par mois.
Archive des notifications
Suivez-nous
 
 
 
 
 
Agence européenne pour l'environnement (AEE)
Kongens Nytorv 6
1050 Copenhague K
Danemark.
Téléphone: +45 3336 7100