Le changement climatique et les villes

Changer la langue
Article Publié 06/10/2015 Dernière modification 15/09/2016 10:50
La plupart des Européens vivent aujourd'hui dans des villes. Les choix que nous ferons en matière d'infrastructure urbaine auront donc une grande incidence sur la façon dont nous nous accommoderons du changement climatique. La survenue de pluies, d'inondations et de vagues de chaleur plus fréquentes compteront sans doute au nombre des défis que les villes européennes auront à relever face au changement climatique. Nous avons demandé à Holger Robrecht, directeur régional adjoint de l'ICLEI, de nous indiquer ce que font les villes pour s'adapter au changement climatique.

Quels seront les effets du changement climatique sur les villes?

Le changement climatique aura divers effets sur les villes. L'un des effets les plus probables en Europe est l'augmentation du nombre de phénomènes météorologiques extrêmes, tels que les inondations, les tempêtes et les vagues de chaleur. Ces phénomènes pourraient avoir de graves conséquences sur l'infrastructure urbaine, qu'il s'agisse des systèmes de transport, des systèmes d'égouts et même des systèmes d'acheminement de nourriture. Le danger est que nos systèmes de drainage et d'égouts ne puissent résister à de fortes pluies et à des inondations. Les fortes pluies qui se sont abattues sur Copenhague en 2011 nous ont donné un exemple des graves perturbations que de fortes précipitations peuvent provoquer. Cette tempête a entraîné des inondations dans des maisons et endommagé des voies ferrées, des routes et le métro. De fortes pluies peuvent également provoquer des glissements de terrain dans des montagnes ou des collines en dehors des villes. Ces glissements de terrain peuvent couper des routes, ce qui rend plus difficile l'acheminement de nourriture et d'autres biens. De telles situations ont déjà été observées aux Philippines et en Italie, dans la région de Ligurie autour de Gênes.

Le changement climatique exerce une contrainte supplémentaire sur notre infrastructure «matérielle», qui comprend notamment les routes, les habitations et les systèmes d'égouts. Il fait également peser cette contrainte sur notre infrastructure «immatérielle», en particulier sur nos systèmes de santé. Ce constat se manifeste avec évidence lors de phénomènes tels que les vagues de chaleur, qui posent un véritable problème dans les zones urbaines. Les villes créent en effet des «îlots de chaleur», où la température est nettement plus élevée que dans les zones rurales. Dans les zones urbaines, les personnes âgées courent un risque de mortalité particulier, ce qui pose un nouveau type de défi à notre système de santé.

Comment les villes s'adaptent-elles au défi que pose le changement climatique?

De nombreuses villes d'Europe, dont Londres, Copenhague, Bratislava et Almada au Portugal, ont mis en place des plans d'adaptation très visionnaires. Si je devais n'en retenir que trois, je citerais Rotterdam, Gand et Bologne. Les villes de Rotterdam et de Gand ont conclu des partenariats avec des bureaux d'étude afin d'évaluer là où il fera le plus chaud dans la ville lors de vagues de chaleur. Pour ce faire, les autorités municipales ont décidé de placer des thermomètres à divers endroits de la cité et même d'installer des thermomètres mobiles sur des trams. Elles ont ainsi pu détecter les endroits dans la ville où l'effet «îlot de chaleur» était le plus grand. Cette étude leur a permis de prendre des mesures correctives, telles que la plantation d'arbres, en vue de réduire les effets de certains de ces îlots de chaleur.

Bologne a adopté une approche très différente. Vieille ville médiévale menacée d'inondations par le Pô, Bologne est par ailleurs régulièrement touchée par de fortes pluies et des vagues de chaleur : elle doit donc relever un triple défi. L'administration municipale de Bologne a fait développer une application pour téléphone mobile, qui permet aux citoyens de repérer et rapporter tout type de dommage survenu dans la ville à la suite d'un phénomène tel que de fortes pluies ou une vague de chaleur. L'application permettra également aux habitants de soumettre à l'administration municipale des suggestions sur la façon de se préparer à tout phénomène climatique futur susceptible de se produire. Elle a été développée dans le cadre du plan d'adaptation Blue AP de la ville et a bénéficié d'un financement de l'UE.

L'adaptation au changement climatique fait-elle partie du programme politique de l'Europe?

Oui. Ces dernières années, l'adaptation au changement climatique a acquis une importance croissante. Cela s'explique par le fait qu'un grand nombre de régions d'Europe ont été touchées, au cours de la dernière décennie, par des phénomènes météorologiques extrêmes liés au changement climatique, dont les effets ont souvent été bien plus graves que ce que quiconque aurait pu prévoir il y a dix ans. En 2010, par exemple, le cyclone Xynthia a inondé plusieurs régions côtières de France et privé d'électricité près d'un million de personnes. L'année dernière, la Croatie et la Serbie ont subi de fortes inondations dues aux précipitations. Cette même année, une vague de chaleur prolongée a été suivie, début juin, par de fortes pluies qui ont frappé la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg. La tempête s'est ensuite déplacée vers le bassin de la Ruhr, provoquant des dégâts et des inondations dans les régions de Düsseldorf et Dortmund. Les vagues de chaleur ont constitué un autre grand défi en Europe, avec des étés particulièrement chauds en 2013 et 2014. Ces phénomènes ont sensibilisé les pouvoirs publics et les villes à la nécessité de s'adapter au changement climatique.

Quels sont les plus grands défis à relever par les villes pour traiter les problèmes liés au changement climatique?

Les villes doivent relever divers défis pour s'adapter au changement climatique, dont le plus grand est peut-être de combler un certain manque de connaissances en la matière. De nombreuses autorités municipales ignorent en effet de quelle manière leur ville sera affectée par le changement climatique. Les villes qui souhaitent agir pour se préparer au changement climatique ne savent généralement pas quelles mesures prendre ou comment organiser leur réponse. Plusieurs municipalités ne savent pas qu'elles peuvent obtenir des fonds et des conseils auprès de l'Europe.

Des actions sont à présent menées pour relever ces défis. Certains gouvernements nationaux ont mis en place des programmes pour aider les villes du pays à établir des plans d'adaptation (le gouvernement britannique a ainsi mis en place le programme «UKCIP» et le gouvernement allemand, le programme «KomPass»). Au niveau de l'UE, il existe à présent une «Stratégie de l'UE relative à l'adaptation au changement climatique». L'UE a par ailleurs créé le site web Climate-ADAPT, géré par l'Agence européenne pour l'environnement. Cet outil vise à fournir aux villes, aux régions et aux gouvernements nationaux des informations sur l'adaptation au changement climatique. Par ailleurs, une organisation de niveau européen a été spécifiquement créée pour aider les municipalités : Mayors Adapt.

Au sein de l'ICLEI, nous organisons des conférences telles que «Villes résilientes», qui s'est tenue à Bonn, et l'Open European Day, organisé en collaboration avec l'Agence européenne pour l'environnement et qui vise à favoriser les échanges entre responsables municipaux. Nous proposons également aux villes des services directs liés au climat.

Enfin, des fonds sont également disponibles : l'UE a réservé 20 % de son budget pour aider les villes et les pays à prévenir les effets du changement climatique et à s'y adapter. De nombreuses villes ignorent toutefois l'existence de ces fonds.

L'un des défis plus concrets que les municipalités rencontrent est d'organiser leur réponse aux divers niveaux administratifs. L'adaptation au changement climatique suppose l'établissement de liens entre les différents secteurs administratifs. Si nous prenons l'exemple d'un fleuve traversant différentes villes, il est tout à fait possible que la responsabilité de la gestion des eaux pour les parties urbaines du fleuve ne soit même pas du ressort des municipalités concernées. Les choses deviennent encore plus complexes dans le cas de fleuves qui traversent plusieurs pays, tels que le Rhin et le Danube. La protection contre les inondations implique, dans ce cas, que les municipalités concernées doivent tester de nouveaux types de gouvernance entre les villes et les pays. Dans le cas du Rhin, la Suisse, la France, l'Allemagne et les Pays-Bas se sont réunis afin de planifier des zones de rétention pour les eaux d'inondation. Il faudra que les villes et les pays travaillent bien davantage à la mise en place d'initiatives de planification de ce genre en vue de s'adapter au changement climatique.

 

Holger Robrecht est le directeur régional adjoint de l'ICLEI, le conseil international pour les initiatives écologiques locales, Europe, qui est une association regroupant plus de 1 200 gouvernements régionaux et promouvant la durabilité dans les villes.

Geographic coverage

Austria, Belgium, Bulgaria, Croatia, Cyprus, Czech Republic, Denmark, Estonia, Finland, France, Germany, Greece, Hungary, Iceland, Ireland, Italy, Latvia, Liechtenstein, Lithuania, Luxembourg, Malta, Netherlands, Norway, Poland, Portugal, Romania, Slovakia, Slovenia, Spain, Sweden, Switzerland, Turkey, United Kingdom
Actions de document
Agence européenne pour l'environnement (AEE)
Kongens Nytorv 6
1050 Copenhague K
Danemark.
Téléphone: +45 3336 7100