Comment «verdir» nos villes?

Changer la langue
Article Publié 10/07/2014 Dernière modification 31/08/2016 15:01
Plus des trois quarts des Européens vivent dans des zones urbaines. Ce que les citadins produisent, achètent, mangent, jettent, la manière dont ils se déplacent et où ils vivent, tous ces paramètres ont un impact sur l’environnement. Dans le même temps, la façon dont la ville est construite influence aussi la manière de vivre de ses habitants. Nous avons demandé à Roland Zinkernagel, originaire de Malmö en Suède, quelles actions concrètes sont envisageables pour rendre sa ville plus durable.

 Image © Jacob Härnqvist, Asa Hellstrom

Qu'est-ce qui rend une ville durable?

Les villes sont des centres d'activité économique et sociale. Elles peuvent se développer; elles peuvent aussi décliner. Il n'existe pas de solution toute faite pour rendre une ville durable. Plusieurs aspects de la vie urbaine doivent être abordés. Il ne s'agit pas seulement de construire des espaces verts, d'attirer des entreprises écologiques innovantes ou d'établir un réseau important de transport public. Il faut voir la ville comme un tout en y intégrant le bien-être de ses habitants.

Malmö est une cité industrielle d'environ 300 000 habitants de diverses origines. La ville possède de grands immeubles construits dans les années 1960 ainsi que des maisons particulières avec jardin. Il y a également de nouveaux quartiers où nous avons essayé de construire la ville de demain: compacte, écologique et au bilan carbone neutre.

Après la fermeture de son immense chantier naval au début des années 1980, la population de Malmö a commencé à décliner, principalement en raison d'un taux de chômage élevé. Cela a pris beaucoup de temps pour effacer l'image négative de la cité et la remplacer par une nouvelle image plus positive — un environnement agréable à vivre, une cité pionnière en matière de politique et de sensibilisation environnementales, une ville de commerce équitable, verte et propre, etc.

Comment une ville peut-elle être durable?

La ville de Malmö a exposé ses objectifs environnementaux généraux dans un programme à long terme approuvé par l'ensemble de la classe politique. Ce programme environnemental stipule que le bilan de la ville de Malmö devra être neutre d'un point de vue climatique en 2020 et que la municipalité dans son ensemble devra fonctionner grâce aux énergies renouvelables d'ici à 2030. Nous avons également des objectifs pour réduire la consommation d'énergie et les émissions de gaz à effet de serre par habitant.

Le programme environnemental prévoit également une utilisation plus durable des ressources comme l'eau et la terre, une préservation de la biodiversité dans la ville et en dehors, dans les zones périurbaines. Nous voulons également créer un meilleur cadre de vie pour tous, autrement dit construire la ville de demain.

Comment se sont concrétisés tous ces objectifs?

En se basant sur le programme environnemental, la ville de Malmö a adopté des plans d'action décrivant spécifiquement certains de ces objectifs. Ainsi, l'un des objectifs concrets de ce plan d'action stipule que, d'ici à 2015, 40 % des déchets organiques seront dirigés vers la production de biogaz. Un objectif concret comme celui-ci demande d'agir à différents niveaux et différentes étapes. Les foyers devront trier un pourcentage plus important de leurs déchets ménagers. Les autorités de gestion des déchets devront se préparer à la collecte d'une quantité croissante de déchets organiques. Enfin, pour convertir ce volume plus important de déchets organiques en biogaz, nous devrons construire de nouvelles unités ou augmenter la capacité de traitement des unités existantes.

Certains objectifs, comme celui d'un accroissement du tri des foyers, pourront être atteints par des campagnes d'information. D'autres exigeront probablement d'investir dans les infrastructures telles que, par exemple, une flotte de véhicules pour le ramassage des déchets et la construction de centrales énergétiques.

Comme dans cet exemple, un objectif concret nécessite l'implication de nombreux acteurs différents. Pour donner vie à ces projets, nous dialoguons et devrons dialoguer en permanence avec la société civile, les pouvoirs publics et le secteur privé. Nombre de nos projets sont financés par l'UE.

Comment les habitants sont-ils impliqués dans le projet ou y participent-ils?

Un élément clé de notre programme environnemental stipule que nous devons rendre simple ce qui est bon pour notre environnement. Nous devons offrir aux habitants la possibilité de choisir la solution la plus durable, par exemple faciliter l'accès aux transports publics ou une meilleure gestion des déchets.

Quand il s'agit de modifier le comportement des individus, la connaissance est essentielle. Notre approche doit permettre aux habitants de prendre leurs décisions en toute connaissance de cause. Ils doivent savoir quelles sont les conséquences pour la qualité de l'air et le trafic de la ville s'ils prennent leur voiture plutôt que les transports publics.

L'un de nos objectifs est de rendre la ville socialement durable, avec plus d'interactions entre les habitants des différents quartiers. Cet objectif implique la création d'espaces et d'occasions de rassemblement pour les habitants de Malmö, comme les espaces verts ou des festivals. Il permet également de favoriser une image positive de la ville tout en améliorant le cadre de vie des habitants.

Recycling boxes

(c) Daniel Skog

Combien de temps faut-il pour transformer une ville comme Malmö en une ville entièrement durable?

Chaque ville part d'un point qui lui est propre. Tout dépend de l'infrastructure existante, des priorités politiques et des objectifs. Malmö possède un avantage certain par rapport à la majorité des villes européennes. Cette vision moderne de la ville y est présente depuis les années 1990. Ainsi, nous possédons déjà des quartiers de la ville construits dans cette perspective.

Nous discutons de projets et de problèmes très concrets en ayant une meilleure compréhension des tâches à accomplir. En un sens, nous sommes des pionniers en Europe.

Dans les quartiers où nous sommes très actifs depuis quinze ans, nous pouvons observer que le programme a acquis sa dynamique propre. La mise en œuvre de certains projets, comme le tri des déchets et le recyclage, prendra peut-être cinq à dix ans, mais la perception du public peut également prendre une génération avant de changer. Dans d'autres cas comme la transformation des immeubles existants, cela pourrait prendre encore plus longtemps.

La transition se fera certainement par petites étapes. Les pouvoirs publics jouent un rôle évident pour faciliter cette transition, non seulement en fournissant un cadre législatif mais aussi en montrant l'exemple.

Quels sont les plus grands défis?

À mon avis, le plus grand défi réside dans la planification à long terme; en d'autres termes, quitter les projets à court terme pour ceux à moyen terme. Les hommes politiques sont élus pour des mandats n'excédant pas quatre ou cinq ans, et leurs priorités politiques peuvent changer après chaque élection ou même pendant leur mandat. Le même constat se vérifie pour les entreprises. La décision d'investir dépend de la rentabilité de l'investissement et de son calendrier. Pour construire des villes durables, nous nous intéressons en fait à de très nombreux éléments différents, comme je l'ai déjà mentionné.

Nous devons planifier et préparer un horizon bien au-delà des cinq à dix années de notre plan d'action. Les immeubles que nous construisons aujourd'hui par exemple seront probablement toujours utilisés en 2100. Prenons-nous suffisamment en compte les besoins énergétiques futurs ou l'utilisation de ces bâtiments lorsque nous les concevons? Nous devons être visionnaires mais flexibles en même temps. Il n'existe peut-être pas actuellement de réponses claires à ces questions, mais elles méritent d'être envisagées sérieusement.

Roland Zinkernagel

Roland Zinkernagel

Roland Zinkernagel travaille au département «Environnement» de la ville de Malmö.

Contenu connexe

Related briefings

Geographic coverage

Europe
Actions de document
Agence européenne pour l'environnement (AEE)
Kongens Nytorv 6
1050 Copenhague K
Danemark.
Téléphone: +45 3336 7100