Outils personnels

Notifications
Recevez des notifications relatives aux nouveaux rapports et produits. Fréquence: 3-4 emails par mois
Abonnements
Inscrivez-vous pour recevoir nos rapports (imprimés et/ou électroniques) et nos bulletins trimestriels.
Suivez-nous
 Icône Twitter Twitter
Icône Facebook Facebook
Icône Youtube Cannal YouTube
Logo RSS Flux RSS
Plus

Write to us Write to us

For the public:


For media and journalists:

Contact EEA staff
Contact the web team
FAQ

Call us Call us

Reception:

Phone: (+45) 33 36 71 00
Fax: (+45) 33 36 71 99


suivant
précédent
éléments

Passer au contenu | Passer à la navigation

Sound and independent information
on the environment

Vous êtes ici : Accueil / Signaux – Bien-être et environnement / Signaux 2012 / Gros plans / Déchets alimentaires

Déchets alimentaires

Changer la langue
Environ un tiers des aliments produits dans le monde sont perdus ou gaspillés. Quand on sait que plus d’un milliard de personnes dans le monde se couchent en ayant faim, il est impossible de ne pas s’interroger sur ce qui peut être fait. Mais les denrées gaspillées ne représentent pas seulement une opportunité manquée de nourrir les affamés. C’est aussi une perte substantielle d’autres ressources, notamment en sol, eau, énergie, et main-d’œuvre.
Food waste

Food waste  Image © Istock

Riches ou pauvres, jeunes ou vieux, nous avons tous besoin de nous nourrir. Il ne s’agit pas uniquement de satisfaire des besoins nutritionnels et de varier les saveurs. Plus de 4 milliards de personnes dépendent de trois cultures de base : le riz, le maïs et le blé. Celles-ci représentent les deux tiers de notre apport énergétique. Étant donné qu’il existe plus de 50 000 espèces de végétaux comestibles, notre menu paraît bien terne avec seulement quelques centaines d’espèces contribuant à notre alimentation.

Et avec des milliards de personnes qui dépendent de quelques aliments de base, l’augmentation des prix alimentaires entre 2006 et 2008 s’est fait cruellement sentir dans le monde entier. Les pays développés sont généralement parvenus à nourrir leurs populations, mais certaines parties d’Afrique ont connu la famine. L’échec du marché n’en est pas la seule cause.

Le changement climatique vient s’ajouter aux pressions exercées sur l’approvisionnement alimentaire et certaines régions en ont davantage souffert que d’autres. Les sécheresses, les incendies et les inondations entravent directement la capacité de production. Malheureusement, le changement climatique affecte souvent les pays les plus vulnérables et les moins susceptibles de s’adapter.

Pourtant, la nourriture n’est guère qu’un « produit » parmi tant d’autres. Sa production exige des ressources telles que de la terre et de l’eau. Comme d’autres produits du marché, elle est consommée ou utilisée et parfois gaspillée. Une quantité notable de nourriture est gaspillée, particulièrement dans les pays développés, ce qui implique également un gaspillage des ressources utilisées pour sa production.

Le secteur alimentaire et ses déchets figurent parmi les principaux points mis en avant par la « feuille de route pour une Europe efficace dans l’utilisation des ressources » diffusée par la Commission européenne en septembre 2011. Bien que le gaspillage d’une partie des aliments que nous produisons soit largement reconnu, il est difficile de l’estimer avec précision. D’après les calculs de la Commission européenne, 90 millions de tonnes d’aliments (soit 180 kg par personne) sont gaspillés chaque année dans l’UE. La majeure partie est encore propre à une consommation humaine.

L’alimentation en cause, mais pas seulement

L’impact du gaspillage alimentaire sur l’environnement ne se limite pas à l’utilisation du sol et de l’eau. D’après la feuille de route de la Commission européenne, la chaîne de valeur des aliments et boissons dans l’UE est à l’origine de 17 % de nos émissions directes de gaz à effet de serre et de 28 % de l’utilisation des matières premières.

Tristram Stuart, auteur et l’un des organisateurs de « Feeding the 5k » (une initiative consistant à nourrir 5 000 personnes à Trafalgar Square, à Londres), a calculé que la plupart des pays riches gaspillent entre un tiers et la moitié de leur nourriture.

« Et ce n’est pas seulement un problème de pays riches. Les pays en développement atteignent parfois des niveaux de gaspillage aussi élevés que ceux des pays riches, mais pour des raisons très différentes. Le principal coupable est le manque d’infrastructure agricole adaptée, notamment en technologies post-récolte. On peut estimer qu’au moins un tiers de l’approvisionnement alimentaire mondial est gaspillé », déclare Tristram.

Le gaspillage a lieu à tous les niveaux de la production et de la chaîne d’approvisionnement ainsi qu’au moment de la consommation. Les raisons sont nombreuses. Une partie du gaspillage résulte de la réglementation en place pour protéger la santé. Une autre partie est liée aux préférences et habitudes des consommateurs. Les différentes étapes et les causes doivent être analysées et ciblées de façon adaptée pour réduire le gaspillage.

La feuille de route de la Commission européenne appelle à un « effort commun de la part des agriculteurs, du secteur alimentaire, des vendeurs et des consommateurs à travers des techniques de production utilisant au mieux les ressources et des choix alimentaires durables ». L’objectif de l’Europe est clair : diviser par deux d’ici à 2020 la quantité d’aliments jetés alors qu’ils sont encore consommables. Certains membres du Parlement européen ont demandé que 2014 soit déclarée « Année européenne de lutte contre le gaspillage alimentaire ».

« Il n’y a pas de remède miracle. Chaque problème exige une solution adaptée », souligne Tristram. « La bonne nouvelle, c’est que nous pouvons réduire notre impact environnemental, sans faire de sacrifice. Ce n’est pas comme demander aux gens de moins prendre l’avion, de moins manger de viande ou de moins prendre leur voiture, même si nous pouvons être amenés à le faire. Il s’agit vraiment d’une opportunité. Nous devons simplement arrêter de jeter de la nourriture mais, au contraire, l’apprécier. »

Informations complémentaires

Concernant les statistiques et réglementations sur le gaspillage alimentaire dans le monde: voir le site de la FAO http://www.fao.org/index_fr.htm.

Sur les objectifs des politiques de l’UE de lutte contre le gaspillage alimentaire, voir, entre autres, la « feuille de route pour une Europe efficace dans l’utilisation des ressources ».

Geographical coverage

[+] Show Map

Actions de document
Mots-clés associés :

Commentaires

Inscrivez-vous maintenant !
Recevez des notifications relatives aux nouveaux rapports et produits. Actuellement, nous avons 33120 abonnés. Fréquence: 3-4 e-mails par mois.
Archive des notifications
Suivez-nous
 
 
 
 
 
Agence européenne pour l'environnement (AEE)
Kongens Nytorv 6
1050 Copenhague K
Danemark.
Téléphone: +45 3336 7100