Outils personnels

Notifications
Recevez des notifications relatives aux nouveaux rapports et produits. Fréquence: 3-4 emails par mois
Abonnements
Inscrivez-vous pour recevoir nos rapports (imprimés et/ou électroniques) et nos bulletins trimestriels.
Suivez-nous
 Icône Twitter Twitter
Icône Facebook Facebook
Icône Youtube Cannal YouTube
Logo RSS Flux RSS
Plus

Write to us Write to us

For the public:


For media and journalists:

Contact EEA staff
Contact the web team
FAQ

Call us Call us

Reception:

Phone: (+45) 33 36 71 00
Fax: (+45) 33 36 71 99


suivant
précédent
éléments

Passer au contenu | Passer à la navigation

Sound and independent information
on the environment

Vous êtes ici : Accueil / Signaux – Bien-être et environnement / Signaux 2011 / Articles / Des défis complexes dans un monde interconnecté

Des défis complexes dans un monde interconnecté

Changer la langue
L’une des principales conclusions de SOER 2010, le rapport phare de l’AEE, apparaît logique : « les défis environnementaux européens sont complexes et on ne peut les comprendre en lesconsidérant de manière séparée ».

 Image © EEA/John McConnico

En termes simples, cela signifie que les questions environnementales sont regroupées et ne constituent souvent qu’un morceau du grand puzzle de défis qui se présente à nous et à notre planète. La vérité est que nous vivons dans un monde très interconnecté, composé de plusieurs systèmes distincts (environnemental, social, économique, technique, politique, culturel, etc.) mais reliés, dont nous sommes dépendants.

Cette interconnectivité mondiale a pour conséquence que la dégradation d’un élément à un endroit peut avoir des impacts inattendus ailleurs. Le récent crash financier mondial et le chaos de la circulation aérienne provoqué par l’éruption d’un volcan islandais démontrent à quel point un effondrement soudain dans un domaine peut affecter des systèmes complets.

Loin d’être un phénomène nouveau, le terme « mondialisation » est souvent utilisé pour désigner cette interconnectivité. En Europe, la mondialisation nous a permis de prospérer en tant que continent et de jouer pendant longtemps un rôle économique de pointe. Durant tout ce temps, nous avons utilisé une grande partie de nos propres ressources naturelles, mais aussi celles d’autres nations. Notre « empreinte » ou impact est large et s’étend bien au-delà de nos frontières.

Les forces motrices qui sont au coeur de la mondialisation devraient en effet avoir une influence majeure sur l’Europe et sur notre environnement à l’avenir. Plusieurs d’entre elles échappent à notre contrôle. La population mondiale, par exemple, pourrait dépasser le seuil des 9 milliards d’ici à 2050, ce qui s’assortirait de conséquences majeures pour l’environnement. La plus grande partie de cette croissance démographique aura très certainement lieu en Asie et en Afrique, seuls 3 % environ de la croissance venant des pays les plus développés (Europe, Japon, États-Unis, Canada, Australie et Nouvelle-Zélande).

Les défis environnementaux sont étroitement liés aux facteurs de changement mondiaux

Une série de tendances façonne actuellement le futur contexte mondial. Ces « grandes tendances mondiales », comme nous les appelons, recoupent les dimensions sociales, technologiques, économiques, politiques et même environnementales. Les développements principaux incluent l’évolution démographique ou l’accélération du taux d’urbanisation, les changements technologiques toujours plus rapides, l’approfondissement de l’intégration des marchés, l’évolution des changements de pouvoir économique ou le changement climatique.

Les implications de ces tendances pour les demandes en ressources au niveau mondial sont énormes. Les villes sont en expansion. La consommation croît. Le monde s’attend à une croissance économique continue. La production se déplace vers de récentes économies émergentes qui vont gagner en importance économique. Les acteurs non étatiques pourraient gagner en pertinence dans les processus politiques mondiaux. Et on s’attend à une accélération du changement technologique. Cette « course dans l’inconnu » engendre de nouveaux risques, mais offre aussi de merveilleuses possibilités.

Les futurs impacts sur l’environnement de l’Europe de ces « grandes tendances mondiales » font l’objet d’un chapitre du SOER et constituent la trame de Signaux 2011. Ces tendances clés ont d’énormes implications pour notre environnement mondial et la façon dont nous gérons les ressources qu’il contient. Vous retrouverez à différents endroits dans Signaux 2011 des parties intitulées « Grandes tendances mondiales pour la terre à l’horizon 2050 » dans lesquelles nous examinons à chaque fois une tendance clé dont nous évaluons l’impact sur l’environnement futur de l’Europe.

Nous ne pouvons dire avec exactitude ni à quoi rassemblera la terre en 2050 ni comment elle ira. Plusieurs tendances sont d’ores et déjà bien établies et leur évolution dépend des choix que nous faisons aujourd’hui. L’avenir est donc entre nos mains. Faisons des choix réfléchis. Nos petits-enfants et tous ceux qui composeront notre cellule familiale en 2050 nous en remercieront.

Geographical coverage

[+] Show Map

Actions de document

Commentaires

Agence européenne pour l'environnement (AEE)
Kongens Nytorv 6
1050 Copenhague K
Danemark.
Téléphone: +45 3336 7100