Outils personnels

Notifications
Recevez des notifications relatives aux nouveaux rapports et produits. Fréquence: 3-4 emails par mois
Abonnements
Inscrivez-vous pour recevoir nos rapports (imprimés et/ou électroniques) et nos bulletins trimestriels.
Suivez-nous
 Icône Twitter Twitter
Icône Facebook Facebook
Icône Youtube Cannal YouTube
Logo RSS Flux RSS
Plus

Write to us Write to us

For the public:


For media and journalists:

Contact EEA staff
Contact the web team
FAQ

Call us Call us

Reception:

Phone: (+45) 33 36 71 00
Fax: (+45) 33 36 71 99


suivant
précédent
éléments

Passer au contenu | Passer à la navigation

Sound and independent information
on the environment

Vous êtes ici : Accueil / Salle de presse / Communiqués de presse / L’Europe doit s’adapter pour anticiper le changement climatique

L’Europe doit s’adapter pour anticiper le changement climatique

Changer la langue
Avec le réchauffement climatique, les viticulteurs européens pourraient avoir à cultiver d’autres types de raisin ou à changer l’emplacement de leurs vignobles, voire à délocaliser leur production vers d’autres régions dans certains cas. Ceci n’est qu’un exemple parmi d’autres illustrant comment l’économie et la société européennes doivent s’adapter au changement climatique, comme le montre un nouveau rapport de l’Agence européenne pour l’environnement (AEE).

 Image © Elliott Brown

S’adapter, c’est penser différemment et gérer les risques et les dangers, l’incertitude et la complexité. Pour cela, les Européens devront coopérer, apprendre les uns des autres et investir dans les transformations à long terme nécessaires pour préserver notre bien-être face au changement climatique.

Jacqueline McGlade, directrice exécutive de l'AEE

Le rapport «Adaptation in Europe» décrit les politiques et certaines des mesures prises par l’Union Européenne (UE) et par les pays européens. À ce jour,  16 des 32 pays membres de l'AEE ont élaboré des plans d’adaptation, et certains ont commencé à prendre des mesures, bien que tous aient encore beaucoup d’efforts à accomplir.

Alors que les efforts d’atténuation au niveau mondial doivent être poursuivis pour limiter la hausse de la température à 2 °C, le rapport stipule qu’il est nécessaire de se préparer à une augmentation plus importante de la température et à d’autres changements climatiques. Cette préparation est essentielle pour tenir compte des nombreuses incertitudes concernant les prévisions climatiques et socio-économiques.

Un précédent rapport de l’AEE a montré que le changement climatique touche déjà l’ensemble des régions européennes, avec de nombreuses conséquences pour la société et l’environnement. D’autres conséquences sont attendues à l’avenir si aucune mesure n’est prise. On observe une augmentation des températures moyennes en Europe. Le niveau des précipitations diminue dans les régions du sud et augmente en Europe du nord.

Jacqueline McGlade, directrice exécutive de l'AEE, a déclaré: «S’adapter, c’est penser différemment et gérer les risques et les dangers, l’incertitude et la complexité. Pour cela, les Européens devront coopérer, apprendre les uns des autres et investir dans les transformations à long terme nécessaires pour préserver notre bien-être face au changement climatique».

Le rapport a été publié aujourd’hui lors d’une conférence sur la stratégie européenne d’adaptation au changement climatique, qui a pour but de soutenir des politiques d’adaptation qui garantissent la cohérence et l’intégration entre les différents secteurs dans l’UE.

L’Europe commence à s’adapter

Ce rapport recommande une combinaison de différentes mesures – des mesures « grises » telles que les projets techniques et technologiques, des approches « vertes » fondées sur les écosystèmes et la nature, et des mesures de « gouvernance » comme les politiques visant à modifier les approches gouvernementales. Selon le rapport, les projets d’adaptation les plus efficaces associent souvent deux ou plusieurs approches différentes.

Par exemple, l’adaptation sur les côtes méditerranéennes françaises fait appel à une approche intégrée prenant en compte le changement climatique, le tourisme, le transport et la biodiversité. Dans les zones urbaines, les autorités en charge des espaces verts et de l’eau collaborent avec le secteur de la conception de bâtiment pour réduire les risques liés aux vagues de chaleur. Barcelone a également commencé à s’adapter aux pénuries d’eau avec une toute nouvelle usine de dessalement très efficace. Ce projet « gris » est associé à d’autres initiatives de «gouvernance » comme les incitations à réduire la consommation d’eau, pour atténuer les conséquences des périodes de sécheresse prolongée.

Alors que le coût de l’adaptation peut être élevé dans certains cas, le rapport met en avant les économies globales issues de certaines mesures d’adaptation. L’un des plus importants projets d’adaptation fondés sur les écosystèmes consiste à restaurer le bassin hydrographique du Danube à son état naturel. En dépit d’un coût estimé à 183 millions d’euros, cette initiative devrait prévenir les inondations comme celle de 2005, qui a fait à elle seule 396 millions d’euros de dégâts.

Des systèmes d’alerte visant à prévoir les incendies de forêt, les inondations et les sècheresses ont été mis en place en Europe. Selon le rapport, ces mesures de « gouvernance » peuvent aider les communautés à faire face aux risques. En Italie, un projet similaire a mis en place des systèmes d’alerte pour les maladies transmises par les moustiques dont le nombre pourrait augmenter avec le changement climatique.

Les futurs défis

D’après le rapport, l’Europe doit s’adapter au changement climatique de façon cohérente, en garantissant l’intégration de l’adaptation dans les politiques européennes et nationales. Une approche uniforme n’est pas envisageable puisque l’adaptation au changement climatique doit répondre aux conditions nationales et locales.

Des incertitudes subsistent quant aux prévisions relatives au changement climatique et il est difficile d’évaluer précisément les risques futurs car les aspects socio-économiques varient également. C’est pourquoi le rapport conclut que la planification de l’adaptation doit être suffisamment flexible pour faire face aux circonstances imprévues et aux différents aspects du changement climatique à l’avenir. Par exemple, le renforcement de la barrière de la Tamise qui protège Londres des inondations côtières est prévu de manière à parer à toute éventualité, afin de pouvoir être ajusté en fonction de la tendance de la montée du niveau de la mer.

Climate-ADAPT propose de très nombreuses études de cas et d’autres informations pour aider les pays, les régions et les villes à s’adapter au changement climatique. Le site web contient des informations sur les conséquences climatiques prévues et sur les mesures nationales ainsi que des actualités et un agenda des événements à venir.

Contenu connexe

Actualités et articles

Publications connexes

Actions de document
Inscrivez-vous maintenant !
Recevez des notifications relatives aux nouveaux rapports et produits. Actuellement, nous avons 33155 abonnés. Fréquence: 3-4 e-mails par mois.
Archive des notifications
Suivez-nous
 
 
 
 
 
Agence européenne pour l'environnement (AEE)
Kongens Nytorv 6
1050 Copenhague K
Danemark.
Téléphone: +45 3336 7100