Outils personnels

suivant
précédent
éléments

Passer au contenu | Passer à la navigation

Sound and independent information
on the environment

Vous êtes ici : Accueil / Salle de presse / Communiqués de presse / L'Europe a besoin de stratégies d'adaptation pour limiter les impacts du changement climatique

L'Europe a besoin de stratégies d'adaptation pour limiter les impacts du changement climatique

Changer la langue
Tempêtes, inondations, sécheresses et autres évènements climatiques extrêmes plus fréquents et plus coûteux sur le plan économique. Augmentation de la pluviosité dans le nord de l'Europe, parallèlement à une sécheresse accrue dans le sud, pouvant constituer une menace pour l'agriculture dans certaines régions. Vagues de chaleur plus fréquentes et plus intenses représentant un péril mortel pour les personnes âgées et les sujets fragiles. Fonte des glaciers, notamment les trois quarts de ceux des Alpes suisses qui risquent de disparaître d'ici 2050. Une élévation continue du niveau des mers au cours des prochains siècles.

COMMUNIQUE DE PRESSE


Copenhague, le 18 août 2004


L'Europe a besoin de stratégies d'adaptation pour limiter les impacts du changement climatique


Tempêtes, inondations, sécheresses et autres évènements climatiques extrêmes plus fréquents et plus coûteux sur le plan économique. Augmentation de la pluviosité dans le nord de l'Europe, parallèlement à une sécheresse accrue dans le sud, pouvant constituer une menace pour l'agriculture dans certaines régions. Vagues de chaleur plus fréquentes et plus intenses représentant un péril mortel pour les personnes âgées et les sujets fragiles. Fonte des glaciers, notamment les trois quarts de ceux des Alpes suisses qui risquent de disparaître d'ici 2050. Une élévation continue du niveau des mers au cours des prochains siècles.


Voici, selon un nouveau rapport de l'Agence européenne pour l'environnement (AEE), quelques-uns des impacts du changement climatique global déjà observables en Europe ou prévisibles pour les prochaines décennies en raison de la hausse mondiale des températures.


Des preuves solides montrent que, durant les 50 dernières années, la plus grande partie du réchauffement de la planète a été due aux activités humaines, en particulier aux émissions de gaz à effet de serre qui retiennent la chaleur, comme le dioxyde de carbone (CO2) produit par la combustion des carburants fossiles.


La concentration de CO2, principal gaz à effet de serre, dans la basse atmosphère atteint aujourd'hui son maximum depuis au moins 420.000 ans - voire 20 millions d'années - et dépasse de 34% son niveau d'avant la révolution industrielle. L'augmentation s'accélère depuis 1950.


Les inondations de l'été 2002 et la vague de chaleur de l'été dernier sont de récents exemples de la capacité destructrice d'évènements climatiques extrêmes.


Les graves inondations d'août 2002 qui ont touché 11 pays ont provoqué quelque 80 décès, affecté plus de 600 000 personnes et occasionné des pertes économiques d'au moins 15 milliards d'US$. La vague de chaleur qui a envahi l'Europe occidentale et méridionale à l'été 2003 a causé une surmortalité de plus de 20 000 individus, notamment chez les personnes âgées. Dans de nombreux pays du sud, le volume des récoltes a diminué jusqu'à concurrence de 30%. Pour la seule année 2003, la fonte des glaces a réduit la masse des glaciers alpins d'un dixième.


«Ce rapport rassemble une multitude de preuves attestant que le changement climatique est d'ores et déjà en cours et que ses impacts sur les populations et les écosystèmes à travers l'Europe sont largement étendus - souvent avec des coûts économiques significatifs -», déclare la Professeur Jacqueline McGlade, Directrice Exécutive de l'AEE.


Elle ajoute: «L'Europe doit certes continuer à impulser les efforts pour réduire les émissions de gaz à effet de serre à l'échelle mondiale, mais ce rapport souligne également la nécessité de stratégies au niveau européen, régional, national et local, pour s'adapter au changement climatique. C'est un phénomène qui va considérablement influencer nos sociétés et nos environnements dans les décennies et les siècles à venir.»


L'étendue et la rapidité du changement climatique en cours dépassent très probablement toutes les variations climatiques naturelles survenues au cours du dernier millénaire, voire davantage. D'après les statistiques, les années 1990 ont constitué la décennie la plus chaude, et les trois années les plus chaudes - 1998, 2002 et 2003 - ont été enregistrées au cours des six dernières années. Le réchauffement mondial croît aujourd'hui à un taux de près de 0,2 °C par décennie.


L'Europe se réchauffe plus vite que la moyenne globale. La température en Europe a augmenté en moyenne de 0,95 °C ces cent dernières années et devrait, selon les prévisions, grimper encore de 2,0 à 6,3 °C durant ce siècle puisque les émissions de gaz à effet de serre continuent à progresser.


À titre de première initiative destinée à inverser cette tendance, les gouvernements du monde se sont mis d'accord en 1997 sur le protocole de Kyoto, un traité international selon lequel les pays industrialisés réduiraient leurs émissions de six gaz à effet de serre d'environ 5 % entre 1990 et 2012.


A ce jour, 123 pays, parmi lesquels tous les Etats membres de l'Union européenne, ont ratifié le traité, mais les Etats-Unis, le plus grand pourvoyeur de gaz à effet de serre, ont décidé de s'y opposer. Pour entrer en vigueur, le protocole doit encore être ratifié par la Russie.


Outre les impacts mentionnés ci-dessus, le rapport fait état d'un large éventail d'autres impacts actuels et futurs du changement climatique en Europe, notamment les suivants:

  • Depuis 1980, presque deux événements catastrophiques sur trois sont directement attribuables à des inondations, des tempêtes, des sécheresses ou des vagues de chaleur. Le nombre moyen annuel de ces catastrophes climatiques ou liées au climat a doublé au cours des années 1990 par rapport à la décennie précédente. Les pertes économiques dues à de tels événements ont plus que doublé durant les 20 dernières années pour atteindre quelque 11 milliards d'US$ par an. Entre autres raisons à cela, une plus grande fréquence de tels événements et des facteurs socio-économiques comme la richesse accrue des ménages, une urbanisation continue et des infrastructures plus coûteuses dans les zones à risque.
  • Le nombre annuel d'inondations en Europe et le nombre de personnes touchées sont en augmentation. Le changement climatique va probablement accroître la fréquence des inondations, en particulier des crues éclair, qui constituent le plus grand danger pour les personnes.
  • Au cours des trois dernières décennies, le changement climatique a provoqué la diminution des populations d'espèces végétales dans diverses régions d'Europe, parmi lesquelles des régions montagneuses. Certaines plantes sont menacées d'extinction car d'autres facteurs, tels que la fragmentation des habitats, limitent la capacité des espèces végétales à s'adapter au changement climatique.
  • Dans huit des neuf régions glaciaires d'Europe les glaciers reculent, et cela à des cadences dépassant celles des 5 000 dernières années.
  • Le niveau des mers en Europe a augmenté de 0,8 à 3,0 mm par an au cours du siècle dernier. Selon les projections, ce taux d'augmentation devrait être 2 à 4 fois supérieur durant ce siècle.
  • Les projections montrent que, d'ici 2080, les hivers rigoureux pourraient presque totalement disparaître; les étés torrides, les sécheresses et les incidents dus à de fortes pluies ou grêles pourraient, quant à eux, devenir beaucoup plus fréquents.


  • Toutefois, le changement climatique semble également avoir aussi des impacts positifs.

  • Dans la plupart des régions d'Europe, notamment dans les latitudes moyennes et septentrionales, l'agriculture pourrait potentiellement bénéficier d'une augmentation limitée de la température. Mais, s'il est possible que la superficie cultivée européenne progresse vers le nord, dans certaines zones du sud de l'Europe, l'agriculture pourrait bien souffrir de pénuries d'eau. Et une augmentation de la fréquence des évènements climatiques extrêmes, notamment des vagues de chaleur, pourrait se traduire pour une dégradation des récoltes. L'existence d'impacts positifs dépendra de la capacité de l'agriculture à s'adapter au changement climatique.
  • La saison annuelle de croissance des plantes, naturelles et cultivées, a augmenté en moyenne de 10 jours entre 1962 et 1995, et devrait continuer à s'allonger.
  • Le taux de survie des espèces d'oiseaux qui hivernent en Europe s'est amélioré au cours des dernières décennies et devrait encore progresser à mesure que les températures hivernales s'élèvent.



Le rapport, Impacts of climate change in Europe : An indicator-based assessment (Impacts du changement climatique en Europe: évaluation basée sur des indicateurs), est disponible à l'adresse http://reports.eea.europa.eu/climate_report_2_2004/en.


Notes aux éditeurs


  • Le protocole de Kyoto de 1997 de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) limitera les émissions des pays industrialisés en CO2, méthane (CH4), oxydes d'azote (N2O), ainsi que trois gaz industriels fluorés: hydrofluorocarbones (HFC), perfluorocarbones (PFC) et hexafluorure de soufre (SF6).
  • Le Protocole de Kyoto est le premier pas vers l'objectif final de la CCNUCC, à savoir «stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère à un niveau qui empêche toute perturbation anthropique [humaine] dangereuse du système climatique.» Il n'est pas indiqué quel doit être ce niveau, mais l'UE a défini un objectif indicatif pour l'augmentation mondiale de la température à long terme n'excédant pas 2 °C au-dessus des niveaux préindustriels. Selon les tendances actuelles, cet objectif devrait être dépassé autour de 2050. La réalisation à la fois de l'objectif de température de l'UE et de celui de la CCNUCC passe par une réduction substantielle des émissions mondiales des gaz à effet de serre par rapport aux niveaux de 1990.
  • Le rapport examine l'état du changement climatique et ses impacts en Europe à l'aide de 22 indicateurs qui relèvent de huit grandes catégories: atmosphère et climat; glaciers, neige et glace; systèmes marins; écosystèmes terrestres et biodiversité; eau; agriculture; économie; et santé humaine. La quasi-totalité des indicateurs fait apparaître une tendance claire, et des impacts ont déjà été observés. Les 22 indicateurs ne présentent qu'un éventail réduit des conséquences potentielles du changement climatique mais, dans d'autres domaines, les données disponibles pour l'Europe sont insuffisantes ou une incertitude existe quant au fait que le changement climatique soit la cause de la variation des indicateurs. Le rapport a été préparé pour l'AEE par son Centre thématique européen sur l'air et les changements climatiques avec une contribution financière additionnelle de l'agence allemande pour l'environnement (Umweltbundesamt) et l'institut néerlandais pour la santé publique et l'environnement (RIVM).


À propos de l'AEE


L'Agence européenne pour l'environnement est le principal organisme public européen spécialisé dans la fourniture d'informations fiables et indépendantes sur l'environnement aux décideurs politiques et au public. Opérationnelle à Copenhague depuis 1994, l'AEE est la plaque tournante du réseau européen d'information et d'observation de l'environnement (Eionet), un réseau de quelque 300 organismes de l'Europe toute entière chargé de collecter et de diffuser des données et informations liées à l'environnement. L'Agence est un organe communautaire ouvert à toutes les nations qui partagent ses objectifs. Elle compte actuellement 31 membres: les 25 États membres de l'UE, trois pays candidats à l'adhésion - la Bulgarie, la Roumanie et la Turquie - et l'Islande, le Liechtenstein et la Norvège. Un accord d'adhésion à l'AEE a été paraphé par la Suisse.




Geographical coverage

[+] Show Map

Actions de document

Commentaires

Agence européenne pour l'environnement (AEE)
Kongens Nytorv 6
1050 Copenhague K
Danemark.
Téléphone: +45 3336 7100