Outils personnels

Notifications
Recevez des notifications relatives aux nouveaux rapports et produits. Fréquence: 3-4 emails par mois
Abonnements
Inscrivez-vous pour recevoir nos rapports (imprimés et/ou électroniques) et nos bulletins trimestriels.
Suivez-nous
 Icône Twitter Twitter
Icône Facebook Facebook
Icône Youtube Cannal YouTube
Logo RSS Flux RSS
Plus

Write to us Write to us

For the public:


For media and journalists:

Contact EEA staff
Contact the web team
FAQ

Call us Call us

Reception:

Phone: (+45) 33 36 71 00
Fax: (+45) 33 36 71 99


suivant
précédent
éléments

Passer au contenu | Passer à la navigation

Sound and independent information
on the environment

Vous êtes ici : Accueil / Salle de presse / Communiqués de presse / Sources d'énergie renouvelables : l'UE doit définir des objectifs pour 2020, selon la directrice de l'AEE

Sources d'énergie renouvelables : l'UE doit définir des objectifs pour 2020, selon la directrice de l'AEE

Changer la langue
Topics: ,
L'Union européenne doit définir des objectifs pour 2020 dans le domaine des sources d'énergie renouvelables, afin de concourir à une réduction des émissions de gaz à effet de serre et de fournir aux marchés de l'énergie une sécurité à long terme des investissements. Telle est la teneur de déclarations tenues ce jour par le professeur Jacqueline McGlade, directrice exécutive de l'Agence européenne pour l'environnement (AEE).

COMMUNIQUÉ DE PRESSE


Copenhague/Bonn, le 3 juin 2004


Sources d'énergie renouvelables : l'UE doit définir des objectifs pour 2020, selon la directrice de l'AEE


L'Union européenne doit définir des objectifs pour 2020 dans le domaine des sources d'énergie renouvelables, afin de concourir à une réduction des émissions de gaz à effet de serre et de fournir aux marchés de l'énergie une sécurité à long terme des investissements. Telle est la teneur de déclarations tenues ce jour par le professeur Jacqueline McGlade, directrice exécutive de l'Agence européenne pour l'environnement (AEE).


«L'insécurité ressentie par les investisseurs eu égard aux sources d'énergie renouvelables pourrait retarder l'arrêt d'exploitation de vieilles centrales électriques utilisant un combustible fossile et ainsi accroître les difficultés rencontrées par l'UE dans ses efforts pour respecter ses engagements en matière de réduction des émissions concourant au changement climatique» a indiqué le professeur McGlade au cours d'un discours prononcé à la Conférence Internationale pour les Energies Renouvelables, organisée à Bonn (Allemagne).


Elle a ajouté que «les sources d'énergie renouvelables peuvent contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et à la sécurité de l'approvisionnement énergétique» et que «ces aspects positifs se reflètent dans les objectifs indicatifs de l'UE pour 2010 en matière de sources d'énergie renouvelables.»


Le professeur McGlade a toutefois ajouté que les objectifs pour 2010 «ne seront pas atteints, considérant le soutien financier et politique dont ils bénéficient», tout en reconnaissant que «le simple fait d'avoir déterminé ces objectifs nous a permis d'atteindre des niveaux plus élevés dans le domaine des sources d'énergie renouvelables que ce que nous n'aurions pu prétendre en leur absence.» Ce à quoi elle a ajouté: «Je crois que nous devons en dégager un message positif de grande importance.»


« L'Agence européenne pour l'environnement examinera, dans une optique environnementale, un ensemble d'objectifs pour 2020 en matière de sources d'énergie renouvelables afin d'apporter un soutien aux décideurs politiques européens », a-t-elle déclaré.


Au cours de la conférence, le professeur McGlade a présenté une étude nouvelle consacrée aux subventions à l'énergie, réalisée à la demande de l'AEE.


Selon cette étude, l'UE et les gouvernements de ses 15 anciens États membres consacrent, chaque année, 5,3 milliards d'euros aux sources d'énergie renouvelables sous la forme de subventions. Ce montant correspond à un peu plus du sixième du volume total des subventions allouées annuellement au secteur de l'énergie (à savoir 29,2 milliards d'euros, soit 0,4% du produit intérieur brut).


Évaluées à 21,7 milliards d'euros, soit plus des deux tiers du total indiqué ci-dessus, les subventions à la production et à la consommation de combustibles fossiles sont très supérieures à celles allouées aux sources d'énergie renouvelables.


«D'un point de vue environnemental, le niveau du soutien apporté aux combustibles fossiles demeure élevé», a indiqué le professeur McGlade. « Celui dont bénéficie les sources d'énergie renouvelables s'accroît toutefois progressivement et est aujourd'hui significativement plus important par unité d'énergie que pour d'autres combustibles.»


«À cet égard, les États de l'UE-15 semblent avoir saisi que le secteur des sources d'énergie renouvelables est bien moins avancé et que ses besoins sont plus importants en matière de technologie et de commercialisation.»


Le professeur McGlade a fait remarquer que l'UE s'était engagée à ne plus allouer de subventions susceptibles de concourir à une dégradation de l'environnement. À cette fin, toutefois, il a été nécessaire de s'entendre sur ce qui constitue une subvention à l'énergie. « Un cadre harmonisé de suivi de ce type de subventions était par ailleurs nécessaire dans la mesure où il n'existe aucune donnée systématique sur les subventions », a-t-elle déclaré.


Le texte intégral de l'intervention du professeur McGlade est disponible à l'adresse suivante: http://org.eea.europa.eu/documents/speeches/03-06-2004

Le rapport consacré aux subventions à l'énergie est disponible à l'adresse suivante: http://reports.eea.europa.eu/technical_report_2004_1/en


Notes aux éditeurs


  • Les 15 anciens États membres de l'UE ont convenu d'objectifs nationaux indicatifs en matière de sources d'énergie renouvelables afin de porter la part des sources d'énergie renouvelables à 22% dans la production d'électricité et à 12% de la consommation globale d'énergie d'ici 2010.

  • Une communication de la Commission européenne en date du 26 mai conclut que la part des sources d'énergie renouvelables dans la production d'électricité n'atteindra que 18-19% en 2010, compte tenu des politiques et mesures actuelles arrêtées par les États membres, tandis que la part de ces mêmes sources d'énergie dans la consommation globale d'énergie s'élèvera au mieux à 10%, vu la législation adoptée à ce jour. La Commission a souligné qu'il était nécessaire que les États membres intensifient leurs efforts pour atteindre les objectifs et a fait part de son intention de définir des mesures communautaires supplémentaires afin d'en garantir la réalisation.

  • Le Parlement européen et diverses parties intéressées ont proposé que les 25 États membres de l'UE élargie se fixent pour objectif de porter la part des sources d'énergie renouvelables à 20% de la consommation globale d'énergie en 2020. La Commission européenne a déclaré qu'elle procéderait à un réexamen de ceci en 2005 au plus tard et qu'elle s'attaquerait, en 2007, à la définition d'un objectif pour l'après 2010.

  • La Conférence Internationale pour les Energies Renouvelables, organisée à Bonn en 2004, est la première conférence d'importance de suivi depuis le Sommet mondial de la terre sur le développement durable d'août-septembre 2002. Pour davantage d'informations, consultez le site suivant: http://www.renewables2004.de




À propos de l'AEE


L'Agence européenne pour l'environnement est le principal organisme public européen spécialisé dans la fourniture d'informations fiables et indépendantes sur l'environnement aux décideurs politiques et au public. Operationelle à Copenhague depuis 1994, l'AEE est la plaque tournante du réseau européen d'information et d'observation de l'environnement (Eionet), un réseau de quelque 300 organismes de l'Europe toute entière chargé de collecter et de diffuser des données et informations liées à l'environnement. L'Agence est un organe communautaire ouvert à toutes les nations qui partagent ses objectifs. Elle compte actuellement 31 membres: les 25 États membres de l'UE, trois pays candidats à l'adhésion - la Bulgarie, la Roumanie et la Turquie - et l'Islande, le Liechtenstein et la Norvège. Les négociations en vue de l'adhésion se poursuivent également avec la Suisse.




Geographical coverage

[+] Show Map

Actions de document

Commentaires

Inscrivez-vous maintenant !
Recevez des notifications relatives aux nouveaux rapports et produits. Actuellement, nous avons 33190 abonnés. Fréquence: 3-4 e-mails par mois.
Archive des notifications
Suivez-nous
 
 
 
 
 
Agence européenne pour l'environnement (AEE)
Kongens Nytorv 6
1050 Copenhague K
Danemark.
Téléphone: +45 3336 7100