Pourquoi achetons-nous ce que nous achetons?

Tout Européen, quel que soit son âge, est un consommateur. Ce que nous décidons de consommer et d’acheter joue un rôle central dans la détermination de ce qui est produit. Mais comment choisissons-nous ce que nous achetons? Est-ce une décision rationnelle ou plutôt impulsive? Nous avons interrogé Lucia Reisch de l’école de commerce de Copenhague sur les comportements des consommateurs en Europe.

En savoir plus

Des ordures dans nos océans

Notre planète est recouverte à hauteur de 70 % environ par la mer, et on trouve pratiquement partout des déchets à la surface des océans. Les déchets marins, les plastiques en particulier, représentent une menace non seulement pour la santé de nos océans et de nos côtes mais aussi pour notre économie et nos communautés. La plupart des déchets que l’on retrouve en mer proviennent des activités terrestres. Comment pouvons-nous arrêter le flux de déchets qui se déverse dans les mers et les océans? Le meilleur endroit pour s’attaquer au problème de la pollution marine commence sur terre.

En savoir plus

Une économie: rationnelle en termes de ressources, verte et circulaire

Notre bien-être dépend des ressources naturelles. Nous extrayons ces ressources pour les transformer en aliments, en bâtiments, en mobilier, en appareils électroniques, en vêtements, etc. Malheureusement, l’exploitation de ces ressources dépasse largement la capacité de régénération de l’environnement et donc sa capacité à nous fournir en matières premières. Comment pouvons-nous assurer le bien-être à long terme de notre société? Rendre notre économie plus «verte» y contribuera certainement.

En savoir plus

Les déchets: un problème ou une ressource?

Les déchets ne sont pas uniquement un problème environnemental mais aussi une perte économique. Les Européens produisent en moyenne près de 481 kg de déchets municipaux par an. Une fraction de plus en plus importante de ces déchets est maintenant compostée ou recyclée, et la part finissant à la décharge s’amenuise. Comment pouvons-nous modifier la façon dont nous produisons et consommons pour produire de moins en moins de déchets tout en utilisant ce qui reste comme une ressource?

En savoir plus

De la production aux déchets: le système alimentaire

Nous utilisons de plus en plus de ressources naturelles en raison de la croissance démographique, de la modification de nos modes de vie et de l’augmentation de notre consommation personnelle. Pour s’attaquer à une consommation qui n’est plus soutenable pour la planète, nous devons aborder le système des ressources dans sa globalité en y intégrant nos méthodes de production, les différents profils de demande et de chaînes d’approvisionnement. L’article qui suit est consacré à l’alimentation.

En savoir plus

Transition vers une économie verte

Notre qualité de vie, notre santé et notre vie professionnelle dépendent de notre environnement. Nous utilisons pourtant les ressources naturelles de la Terre à une telle vitesse et d’une telle manière que nous compromettons aujourd’hui notre bien-être futur et aliénons la capacité de régénération de notre principal fournisseur, la nature. Nous devons maintenant radicalement transformer notre façon de produire, de consommer et de vivre. Nous devons créer une économie verte, et la transition doit commencer aujourd’hui.

En savoir plus

L'agriculture en Europe : comment rendre l’alimentation abordable, saine et « verte » ?

Pour produire des aliments en quantité suffisante, l’Europe a recours à une agriculture intensive, qui n’est pas sans conséquences sur l’environnement et la santé. L’Europe peut-elle trouver un moyen plus respectueux de l’environnement de produire la nourriture ? Nous avons posé la question à Ybele Hoogeveen, directeur d’un groupe de travail de l’Agence européenne pour l’environnement qui étudie l’impact de l’utilisation des ressources sur l’environnement et le bien-être humain.

En savoir plus

L’environnement, la santé et l’économie ne font qu’un

L’économie européenne ressent encore les effets de la crise économique débutée en 2008. Le chômage et les réductions de salaire ont affecté des millions de citoyens. Alors que les nouveaux diplômés ne trouvent pas d’emploi dans l’une des régions les plus riches du monde, est-il légitime de continuer à parler de l’environnement ? C’est justement ce que fait le nouveau programme d’action de l’UE pour l’environnement, mais pas seulement. Il décrit aussi l’environnement comme un élément à part entière et indissociable de notre santé et de notre économie.

En savoir plus

Pollution atmosphérique : les connaissances sont essentielles pour la combattre

“ Le point positif c’est qu’au cours des dernières décennies, l’exposition à plusieurs polluants atmosphériques a diminué de manière notable. Cependant, ces polluants pour lesquels nous avons enregistré les réductions les plus importantes ne sont pas les plus nocifs pour la santé humaine et l’environnement ”, explique Valentin Foltescu, qui travaille sur l’évaluation de la qualité de l’air et l’envoi des données à l’AEE. Nous lui avons demandé ce que fait l’AEE pour la qualité de l’air et ce qu’indiquent les dernières données.

En savoir plus

Transformer le changement en transition

Nous vivons dans un monde qui évolue en permanence. Comment pouvons-nous orienter ces changements continuels afin de garantir la viabilité de l’environnement mondial d’ici 2050 ? Comment parvenir à un équilibre entre l’économie et l’environnement, le court terme et le long terme ? La réponse réside dans notre façon de gérer le processus de transition, sans nous enfermer dans des systèmes non durables.

En savoir plus

Carte mondiale des aérosols

La « poussière africaine » en provenance du Sahara est l’une des sources naturelles de particules dans l’air. Les conditions climatiques extrêmement sèches et chaudes du Sahara créent une turbulence, qui peut projeter la poussière à une altitude allant jusqu’à 4 à 5 km. Les particules peuvent rester à cette altitude pendant des semaines ou des mois, et sont souvent emportées jusqu’en Europe.

En savoir plus

Dublin s’attaque aux conséquences de la pollution atmosphérique sur la santé

Martin Fitzpatrick est un agent principal de l’Hygiène du milieu de l’unité de contrôle de la qualité de l’air et de lutte contre le bruit au sein du conseil municipal de Dublin, en Irlande. Il est aussi le point de contact à Dublin pour un projet pilote mené par la direction générale de l’environnement de la Commission européenne et l’AEE ayant pour objectif l’amélioration de la mise en oeuvre de la législation sur l’air. Nous lui avons demandé comment Dublin faisait face aux problèmes de santé liés à la mauvaise qualité de l’air.

En savoir plus

Une affaire de chimie

La chimie de notre atmosphère est complexe. L’atmosphère se compose de couches de densité et de composition chimique différentes. Nous avons interrogé le professeur David Fowler, du Centre pour l’écologie et l’hydrologie au Conseil britannique de recherche sur l’environnement naturel, sur les polluants atmosphériques et les processus chimiques dans notre atmosphère ainsi que sur l’impact sur notre santé et sur l’environnement.

En savoir plus

La législation européenne sur l’air

La pollution de l’air n’est pas partout la même. Différents polluants sont relâchés dans l’atmosphère par des sources très diverses. Une fois dans l’atmosphère, ils peuvent se transformer en d’autres polluants et se disperser dans le monde. Concevoir et mettre en oeuvre des politiques prenant en compte cette complexité ne sont pas tâche facile. Ce qui suit est un aperçu de la réglementation de l’air dans l’Union européenne.

En savoir plus

Développer nos connaissances sur l’air

Notre connaissance et notre compréhension de la pollution de l’air se développe chaque année. Nous avons un réseau de plus en plus important de stations de contrôle nous fournissant des données sur une grande variété de polluants atmosphériques, des données qui sont complétées par les résultats des modèles de qualité de l’air. Nous devons maintenant faire en sorte que les connaissances scientifiques et les politiques continuent à progresser de concert.

En savoir plus

La qualité de l’air intérieur

Nombre d’entre nous passons jusqu’à 90 % de notre temps en intérieur, à la maison, au travail ou à l’école. La qualité de l’air que nous respirons en intérieur a également un impact direct sur notre santé. Qu’est-ce qui détermine la qualité de l’air intérieur ? Existe-t-il une différence entre les polluants atmosphériques intérieurs et les polluants atmosphériques extérieurs ? Comment pouvons-nous améliorer la qualité de l’air intérieur ?

En savoir plus

Le changement climatique et l’air

Notre climat change. De nombreux gaz responsables du changement climatique sont également des polluants atmosphériques courants qui affectent notre santé et l’environnement. À bien des égards, l’amélioration de la qualité de l’air peut également favoriser les efforts entrepris pour atténuer le changement climatique et vice versa. Mais cela n’est pas systématique. Le défi auquel nous faisons face est donc de garantir que nos politiques de l’air et du climat se concentrent sur des scénarios gagnant-gagnant.

En savoir plus

L’air en Europe aujourd’hui

L’Europe a amélioré la qualité de son air au cours des dernières décennies. Les émissions de certains polluants ont été réduites avec succès mais les particules et la pollution à l’ozone en particulier présentent toujours de sérieux risques pour la santé des Européens.

En savoir plus

Cet air que nous respirons

Nous respirons de notre naissance à notre mort. Respirer est un besoin vital et constant, non seulement pour nous mais pour toute forme de vie sur terre. Nous sommes tous concernés par la mauvaise qualité de l’air car elle nuit à notre santé et à la santé de l’environnement, ce qui entraîne des pertes économiques. Mais de quoi se compose l’air que nous respirons et d’où proviennent les différents polluants atmosphériques ?

En savoir plus

Bâtir des liens entre la science, les politiques et le public

L’atmosphère, les modèles climatiques et les variations saisonnières ont été des sujets d’observations et de fascinations depuis longtemps. Au IVe siècle av. J.-C. , dans son traité intitulé Météorologie, le grand philosophe Aristote a rassemblé ses observations non seulement sur les conditions météorologiques, mais aussi les sciences de la Terre en général. Jusqu’au XVIIe siècle, l’air symbolisait le vide. On pensait que l’air ne pesait rien jusqu’à ce que Galilée prouve scientifiquement le contraire.

En savoir plus

Actions de document
Agence européenne pour l'environnement (AEE)
Kongens Nytorv 6
1050 Copenhague K
Danemark.
Téléphone: +45 3336 7100