Système de partage d'informations sur l'environnement (SEIS)

Changer la langue
Document Dernière modification 09/08/2016 15:15
Le «système de partage d'informations sur l'environnement (SEIS)» a été créé afin d’améliorer la collecte, l'échange et l'utilisation des données et informations environnementales dans toute l’Europe. Le SEIS vise à mettre en place un système d’informations environnementales en ligne intégré au niveau de l’UE en simplifiant et en modernisant les systèmes et processus d’information existants.

Qu’est-ce que le SEIS?

Un peu d'histoire: en février 2008, dans sa communication «Vers un système de partage d'informations sur l'environnement (SEIS)», la Commission européenne proposait une solution pour relever le défi en matière d’informations environnementales auquel l’Europe était confrontée. Depuis lors, le SEIS s’est mué en une initiative collaborative menée par la Commission européenne, l’AEE et les 39 pays de l’Eionet (réseau européen d'information et d'observation pour l'environnement). En réalité, la mise en œuvre du SEIS est au cœur de notre travail depuis 2009 et continue à sous-tendre notre programme de travail pluriannuel 2014–2018 et nos activités quotidiennes.

Objectifs: le SEIS a pour but de créer un système amélioré d’informations environnementales au bénéfice de l’Europe. Moteur clé pour le développement de notre base de connaissances, il intègre une énorme quantité d’informations provenant de l’Eionet et d’autres réseaux et partenaires, de la science citoyenne, de financements participatifs ainsi que de nouvelles initiatives de collecte d’informations environnementales, comme Copernicus. Ces objectifs sont soutenus par un réseau de fournisseurs d’informations publics qui partagent leurs données et informations en matière d’environnement. Le SEIS les aide à simplifier, à rationaliser et à moderniser leurs systèmes et processus et à les rendre accessibles en ligne. Il constitue un système décentralisé mais intégré qui améliore la qualité, la disponibilité, l’accessibilité et la compréhension des informations sur l’environnement.

Le SEIS représente aussi un changement d’approche: les pays ou régions individuels qui communiquaient leurs données à des organisations internationales spécifiques créeront des systèmes en ligne dotés de services qui rendent les informations accessibles à différents utilisateurs, tant personnes que machines. Une telle évolution doit se faire par étapes, cela afin d’assurer que le SEIS reste un moteur pour l’accès aux informations environnementales et leur intégration dans l’économie de la connaissance.

Les sept principes du SEIS: le SEIS repose sur sept «principes»: L’information doit être:

  1. gérée aussi près que possible de sa source;
  2. recueillie une seule fois et partagée ensuite entre les différents intéressés à des fins multiples;
  3. facilement accessible pour permettre de remplir aisément les obligations de rapportage;
  4. facilement accessible à tous les utilisateurs;
  5. accessible pour permettre de réaliser des comparaisons à l’échelle géographique appropriée et permettre la participation des citoyens;
  6. totalement disponible pour le grand public et ce, dans les langues adaptées au niveau national;
  7. prise en charge par des normes logicielles communes et libres/à code source ouvert.

 

Le principal objectif transversal du SEIS consiste à fournir l’accès aux informations environnementales, d’en maximiser et d’en étendre l’utilisation. Les informations sont souvent générées pour répondre à un certain but mais les utilisations potentielles qui peuvent en être faites sont habituellement nombreuses. L’application des principes du SEIS facilite cette exploitation étendue. Par exemple, les informations relatives aux inondations sont nécessaires pour atténuer les effets potentiels de ces phénomènes, mais elles sont aussi extrêmement précieuses pour les compagnies d’assurance et les acheteurs de biens immobiliers désireux d’estimer les risques associés à ces biens.

Opportunités technologiques: de toute évidence, le SEIS doit exploiter et favoriser le développement des technologies modernes de l’information et de la communication (TIC). Grâce aux TIC, il devient de plus en plus facile de partager des informations, que ce soit entre des particuliers, au sein de groupes fermés ou avec des communautés entières en ligne. Parmi les TIC utiles à cet égard, citons les capteurs, satellites, services de cartographie interactifs, services en ligne et applications pour appareils mobiles.

Les TIC sont particulièrement utiles pour fournir des données en temps réel qui peuvent servir à prendre des décisions immédiates, que ce soit pour des gouvernements nationaux confrontés à des situations d’urgence ou des citoyens planifiant leur journée à partir des informations météorologiques ou sur l’état de la circulation.

Réduction des coûts: le SEIS offre aussi comme avantage une réduction de la charge administrative pesant sur les autorités publiques  ainsi que des économies de coûts grâce aux gains d’efficacité engendrés. Par exemple, les systèmes électroniques automatisés commencent à remplacer une grande partie des ressources humaines actuellement affectées aux échanges d’informations.

Trois piliers: pour être efficace, un SEIS doit être structuré autour de trois piliers: contenu, infrastructure et coopération. Premièrement, le système doit identifier les types de contenu (données) requis, ainsi que leurs sources potentielles. Deuxièmement, il faut disposer d’une infrastructure technique en ligne efficace qui exploite au maximum les TIC les plus avancées, notamment les services en ligne (où des machines communiquent entre elles sans exiger une intervention humaine coûteuse ou moins efficace). Troisièmement, une structure de coopération et de gouvernance doit être mise en place pour gérer les ressources humaines, les intrants et le travail en réseau.

De nombreuses applications: l’application des sept principes et des trois piliers du SEIS devient de plus en plus pertinente et nécessaire pour tout réseau basé sur le partage d’informations, y compris l’Eionet de l’AEE.

L’AEE modernise son propre système d'information en s’inspirant des principes du SEIS. Au moyen de son site web, l’AEE fournit des données associées dans le cadre de son service de données sémantiques, met à disposition des cartes interactives et collaboratives et favorise généralement les informations en ligne et actualisées sur l’état de l’environnement.

Les autres initiatives liées au SEIS qui jouent actuellement un rôle important sont:

Copernicus: mise en œuvre de services de surveillance dont le potentiel porte sur les données d’observation de la Terre.

INSPIRE: amélioration de l’accès aux données environnementales et de leur normalisation pour une intégration plus poussée.

ENI: élargissement du SEIS au voisinage européen.

GEO/GEOSS: construction d’un réseau mondial des systèmes d’observation de la Terre.

UN-GGIM: fourniture de données et d’informations pour les Objectifs de développement durable de l’ONU.

Pour plus d’informations sur le SEIS:

Contenu connexe

Actualités et articles

Publications connexes

Voir aussi

Geographic coverage

Europe
Actions de document
Agence européenne pour l'environnement (AEE)
Kongens Nytorv 6
1050 Copenhague K
Danemark.
Téléphone: +45 3336 7100